Ciné Review: Bad Neighbors 2: Sorority Rising.

neighbors 2Bad Neighbors 2: Sorority Rising est le deuxième opus avec, toujours, Zac Efron et Seth Rogen, à qui il faut ajouter Chloé Grace Moretz. L’histoire reprend pas très longtemps après le premier film. Les étudiants qui faisaient la fête se sont casés (l’un d’entre eux est devenu gay), sauf Zac Efron qui se croit toujours étudiant. Du côté de la famille, un deuxième bébé est en route et ils veulent déménager, mettant leur maison en dépot fiduciaire pendant 30 jours. Sauf qu’un groupe de fille viennent s’installer dans l’énorme maison d’à côté pour créer une sororité… Donc fêtes, bruit. C’est sans compté sur l’aide de Zac Efron qui va les aider à monter cette sororité. Les blagues sont un peu lourdes, mais ça tient. C’est un peu une répétition du premier film, donc peu de surprises, même s’il y a quelques moments sympathiques. Je préfère le premier opus.

Ciné reviews: Bad Neighbours et Godzilla.

Bad Neighbours est le dernier film en date à mettre en scène Zac Efron. Etant un grand fan du jeune homme fraichement sorti d’une cure de désintoxication, je ne pouvais qu’aller voir ce film. Une comédie où un couple de trentenaire avec un bébé, fraichement installé dans un quartier pavillonnaire, voit débarquer une fraternité d’étudiants comme voisins. Or, impossible de les calmer, c’est la fête tous les soirs… Sauf qu’après avoir fait la fête avec les étudiants, le couple n’a d’autre choix que d’appeler la police. Et c’est là que les choses dégénèrent. Bref, c’est un film hautement prévisible, à part quelques éléments de surprises. Je n’ai pas été convaincu. 

Godzilla ressert la sauce du dinosaure radioactif dans une version 2014. Donc, la conspiration est à son comble. Figurez-vous que les essais nucléaires n’étaient pas que des essais, c’était en fait pour tuer la bête préhistorique enfouie dans l’océan Pacifique. Des dinosaures volants nourris aux déchets radioactifs envahissent la planète semant le désordre sur Hawaii et la côte Ouest américaine. C’est assez drôle par moment, tellement c’est cocasse. Et puis j’aime bien le message un brin écologiste du film. C’est le premier Godzilla que je vois, alors je ne m’attendais pas spécialement à grand chose. Mais j’ai été emballé par l’histoire.

Ciné review: That Awkward Moment

That Awkward Moment est le dernier film mettant en scène Zac Efron. Une comédie romantique où trois amis dans la vingtaine décident de se promettre de ne pas entrer en relation avec une fille. Or, les trois vont tomber sous le charme de trois filles et sans le dire à chacun vont s’amouracher. Les sentiments vont prendre le dessus sur ce pari stupide et l’amitié va en prendre un coup. Si le film met en scène Zac Efron sous toutes les coutures, il ne casse pas trois pattes à un canard. Hormis la présence des acteurs sauvent ce film qui tend vers une mièvrerie imbuvable. Pas de date de sortie en France.

Ciné Review: The Paperboy.

Nicole Kidman, Zac Efron, Matthew McConaughey

The Paperboy est film mettant en scène Zac Efron sous toutes les coutures. Le film est un peu polymorphe, puisqu’au départ, il est difficile de décider quel va être le sujet du film. Basé dans les années 70 dans une Floride raciste, un jeune homme se retrouve employé par son grand frère et son copain, tous deux journalistes, qui mènent l’enquête sur un meurtre et dont il veulent faire ressurgir la justice quant à l’assassin… qui pourrait bien avoir un alibi et pouvoir éviter la peine de mort. Or cet homme a une femme blonde et plantureuse et le jeune homme du départ va tomber sous le charme. L’histoire racontée ainsi est relativement simple, mais le film est tourné de façon on ne peut plus crue et dérangeante: les scènes de sexe sont quasi-frontale et filmées dans leur durée. Ce film a fait scandale à Cannes et c’est pas étonnant, voir Nicole Kidman pisser sur un Zac Efron tétanisé sur la plage suite à une piqure de méduse, c’est pas tous les jours que ça arrive!! Bref, si vous aimez les films crus et crades, je vous le conseille. Si vous aimez le Zac Efron d’High School Musical, passez votre chemin, mais si vous aimez l’idée de Zac Efron en sous-vêtement, allez-y!! (le film est sorti en France en octobre 2012)

Spectacle: Hairspray à Paris.

Cette semaine, pas de cinéma, mais un spectacle. Hairspray vu à l’Espace Pierre Cardin, à deux pas du consultat américain et des Champs Élysées. Hairspray, un musical adapté d’un film de John Waters, film haut en couleur sur la différence et la ségrégation. Baltimore, les années 60, une jeune demoiselle, Tracy, quelques kilos en trop, mais plein de rêves et d’ambition. Sa mère, jouée par un homme, repasse à la maison le linge du quartier, et le père travaille dans son magasin de farces et attrapes. Sans oublier l’émission de danse qui fait danser tous les jeunes de la ville. Or voilà, alors que Tracy se fait embaucher par le beau Linc, elle adopte des mouvements afro-américains, ce qui ne plait pas à la chaine… Bref, le film a eu droit à une comédie musicale sur Broadway, et un film avec John Travolta, Zac Efron, Michele Pfeipfer… et cette version française. Oui, parce que la comédie musicale a été entièrement traduite en français, et là, on s’attend au pire. Je connaissais les chansons par coeur, et j’avais un peu peur de les voir massacrées en français… et bien, c’est un peu le contraire qui s’est produit, les paroles collent très bien à la musique, et les artistes sont très bon, si bien que l’ensemble est très digeste. C’est assez intéressant de voir comment se spectacle remonte les batteries avec tout ce punch et cette énergie contenus dans la musique, les danses et les chansons. Voilà donc un musical que je conseille pour bien finir ou commencer l’année. Espérez toute fois que l’organisation du théâtre soit un peu plus performante que lors de la première… le spectacle avait commencé avec 20 minutes de retard. Espace Pierre Cardin jusqu’au 8 janvier 2012. 

Ciné Review: Hugo et New Year’s Eve.

Hugo est un film que l’on peut voir en 3d, ou en 2d, et puisque la 3d est dangereuse pour la santé, bien je suis allé le voir en 2d. Or donc, film de Scorcese que les annonceurs ont pensé pour enfant mais dont je pense que c’est plus un film pour adulte. Les enfants pourraient s’ennuyer ferme, je pense. Parce que ce film n’a rien d’un film de Noël pour enfant, c’est un film de Noël pour cinéphile. Le film raconte l’histoire d’Hugo dans les années 20, à Paris. Hugo vit à Gare de Lyon dans un Paris réaménager pour les besoins du film (et comme c’est un film américain, bien on se fout un peu des vraisemblances géographiques). Ce garçon, orphelin, a hérité d’un automate qu’il répare avec une patience d’horloger… mais il lui manque une clé en forme de coeur… et c’est Isabelle, la petite fille du propriétaire d’un magasin de jouets aigri et donc peu commode. À cela ajoutez un inspecteur de gare un peu zélé qui a pour passe temps d’envoyer les enfants errants à l’orphelinat… Mais une fois actionné cet automate révèle un secret qu’il faudra résoudre, involving Melies et ses films… Bref, c’est l’histoire de la naissance du cinéma. Et c’est très bien fait. Un film à voir!

New Year’s Eve est un film chorale comme il est la mode d’en faire en ce moment à Hollywood. Il semblerait qu’il y ait des acteurs qui veulent arrondir leurs fins de mois ou d’années fiscales (il est connu que ce genre de film leur permet de payer le fisc américain). Bref, on retrouve un peu tout le monde, de Zac Efron (orange pour l’occasion) à Lea Michelle (Glee), en passant par Robert DeNiro, Bon Jovi… et j’en passe. Il n’y a pas vraiment d’histoire hormis le fil rouge du nouvel an. Beaucoup de célibataires, un malade en fin de vie, une femme de soldat… Que dire, si ce n’est que ce film ne casse évidemment pas trois pattes à un canard, mais qu’il fait plutôt sourire à la longue. C’est cul-cul à merveille!

Cine Reviews: Potiche, Unstoppable et Le secret de Charlie.

Potiche, de François Ozon, nous plonge dans les années 70, dans la famille d’un fabricant de parapluie autoritaire et réac en plein conflit social, ce qui va lui faire péter une durite et quitter le poste de PDG et le laisser à sa femme, la potiche. Celle qui ne dit mot, celle qui agit dans l’ombre de son mari à la maison, celle qui ne fait rien… Elle est d’ailleurs vue par ses enfants comme une parfaite potiche. Voilà le pitch de ce film vraiment drôle. Comme souvent chez Ozon, le casting est excellent: Catherine Deneuve, Fabrice Luccini, Gérard Depardieu, Karine Viard… Ensuite l’image est magnifique, on est plongé dans ce orange typique 70s. Il faut aussi souligner le bel hommage aux perruques. Et pour finir, je dirai que c’est le feel good movie du moment! Allez le voir!

Unstoppable raconte l’histoire vraie du train qu’on arrive pas à arrêter. Et pendant une heure et demi, on va essayer de l’arrêter… avant qu’il n’aille exploser à Stanton, ville dans le sud de la Pennsylvanie. C’est le film d’action américain par excellence. Entre drama et action, avec la musique et les effets de caméra pour appuyer tout ça, pas de doute, c’est du lourd. Il faut aimer le genre. En tout cas, c’est presque amusant de voir toutes les grosses ficelles… Denzel Washington et Chris Pine sont plutôt crédibles d’ailleurs. En tout cas, moi je me suis bien marré et j’ai passer un bon moment devant ce film qui donnera de l’eau au moulin contre la privatisation de la SNCF!

Le secret de Charlie (Charlie St Cloud en anglais) est le dernier film de Zac Efron, un mélo américain, comme eux seuls savent en faire. En gros, Charlie est un garçon à qui la vie sourit. Il gagne tout, et son petit frère est un peu son meilleur ami. Alors, quand celui-ci meurt suite à un accident de voiture, Charlie va arrêter de vivre et s’isoler. Une fille va arriver et essayer de sortir Zac, euh pardon, Charlie de cet isolement. Le tout sur un air de déjà vu (Les Autres, Lovely Bones, Twillight…) Un film un peu plan-plan, qui ne vaut la peine d’être vu que pour voir Zac Efron plonger dans l’océan torce nu… si vous voyez ce que je veux dire! eheh

Related Posts with Thumbnails