Ciné Reviews: Moonlight et The Founder.

Moonlight, c’est la chronique d’un garçon afro-américain qui grandit tant bien que mal en Floride dans une sorte de ghetto ensoleillé. Elevé par une mère droguée, il tente de fuir, il va trouver refuge chez un couple qui continuera à l’aider. Le film est coupé en 3 parties, comme le montre l’affiche si l’on fait attention. La première, l’enfant mutique harcelé par ses camarades, la deuxième, l’ado mystérieux qui rencontre ses premiers émois, et la troisième, le jeune homme gangsta avec dents en or. On découvre la vie de ce jeune homme balloté qui se pose des questions, il est gay, mais c’est moins de cela qu’il s’agit, je pense que ce film est une fable amoureuse et universelle de ce qu’est de grandir. Les acteurs sont excellents, l’image est magnifique. Un chef d’oeuvre. Vraiment à voir et pourquoi pas, à revoir! ♥♥♥

The Founder, l’histoire de l’homme qui a rendu le monde obèse… Enfin presque, un beau salaud comme on les aime. Un opportuniste au nez creux. Alors vendeur de machine à milkshake, Ray Kroc se rend en Californie où les frères McDonald ont inventé une méthode révolutionnaire pour cuisiner rapidement. Ray veut franchiser et développer la marque, se faire du fric et pourquoi pas évincer les frères de l’affaire. Michael Keaton est excellent dans ce rôle qui, je trouve, lui va à merveille. Nick Offerman est parfait dans son rôle de frère McDonald. Le film est un biopic plus qu’un drame, c’est le biopic d’un requin. ♥♥

Ciné Review: My Scientology Movie.

my-scientology-movieMy Scientology Movie est un documentaire de Louis Theroux, documentariste célèbre de ce côté-ci de la Manche. Comme son titre l’indique ce film traite de la Scientologie, cette secte on ne peut plus obscure créée par L. Ron Hubbard, écrivain de science-fiction. Theroux part du principe que la secte a une mauvaise publicité et veut montrer les points positifs de la Scientology… Sauf que les scientologues aiment l’entre-soi et refuse de lui donner l’accès au siège pour filmer, c’est alors qu’il contacte des dissidents qui furent haut placé au sein du système. D’une façon assez comique, il va recruter des acteurs pour jouer le rôle de David Miscavige, le chef actuel de la secte, de Tom Cruise, le plus célèbre des scientologues. C’est alors que le réalisateur se heurte au harcélement que la secte mène contre quiconque la critique… Un documentaire bien ficelé qui parle plus de David Miscavige et de son rôle dans la Scientologie que de cette dernière. Et puis, sa manière de laisser parler les gens est assez intéressante. S’il passe en France allez le voir!

Ciné Review: The Infiltrator.

bryan-cranston-in-the-infiltratorThe Infiltrator, c’est l’histoire de la traque du cartel de Medelin par des policiers de Floride. A l’un d’eux lui vient l’idée de tracer l’argent plutôt que la drogue elle-même. Il va alors rentrer dans la peau d’un courtier qui place l’argent et le blanchit. Il rentre dans ce rôle, ce qui dépasse le cadre professionnel, faisant jouer de l’aile son couple après une altercation dans un restaurant. L’objectif est de faire tomber le cartel ainsi qu’une banque internationale qui blanchit à tout va. Le policier en question est campé par l’excellent Bryan Cranston (Breaking Bad). S’il n’y a pas beaucoup d’action dans ce film, c’est plus un drame basé sur des faits réels. L’image est magnifique, on retombe dans les années 80, entre la Floride, la Colombie et Paris. J’ai beaucoup aimé. 

Mes parents l’ont vu Festival du Film Américain de Deauville.

Ciné Review: Bad Neighbors 2: Sorority Rising.

neighbors 2Bad Neighbors 2: Sorority Rising est le deuxième opus avec, toujours, Zac Efron et Seth Rogen, à qui il faut ajouter Chloé Grace Moretz. L’histoire reprend pas très longtemps après le premier film. Les étudiants qui faisaient la fête se sont casés (l’un d’entre eux est devenu gay), sauf Zac Efron qui se croit toujours étudiant. Du côté de la famille, un deuxième bébé est en route et ils veulent déménager, mettant leur maison en dépot fiduciaire pendant 30 jours. Sauf qu’un groupe de fille viennent s’installer dans l’énorme maison d’à côté pour créer une sororité… Donc fêtes, bruit. C’est sans compté sur l’aide de Zac Efron qui va les aider à monter cette sororité. Les blagues sont un peu lourdes, mais ça tient. C’est un peu une répétition du premier film, donc peu de surprises, même s’il y a quelques moments sympathiques. Je préfère le premier opus.

Ciné Reviews: Batman V. Superman, London Has Fallen et Marguerite.

Qui dit vacances, dit temps libre. Alors trois films.

Batman V. Superman: Dawn Of JusticeBatman V. Superman. Tout a été dit sur le film de Zac Snyder, spécialiste es. slow-motion. Donc on reprend les basiques, l’assassinat des parents de Bruce dans une ruelle de Gotham, alors que Superman apparait comme un dieu. Et là, ils se détestent… jusqu’à une baston assez jouissive où Batman est sur le point de tuer Superman. Mais là, un des pires ressorts scénaristiques, propre aux nanards, Batman découvre que la maman (adoptive) de Superman s’appelle comme la sienne: Martha… Le film est divertissant mais navrant. Tellement que ça finit par faire rire. Au point qu’on en vient à apprécier Jesse Eisenberg ce qui n’est pas chose simple! Bref, c’est nul.

london has fallenLondon Has Fallen. Une attaque terroriste a lieu à Londres alors que les présidents du monde entier sont réunis pour les funérailles du Premier Ministre britannique. Quand je dis le monde entier, c’est un version simpliste, puisque 4 ou 5 pays sont en fait présents (Allemagne, France, Japon, Italie) et son lot de clichés… Bref, c’est un film américain alors tout le monde se fait liquider sauf le président américain et son garde du corps, parce que c’est les plus forts. Donc le scénario a été écris par un gamin de 12 ans ou moins. C’est navrant mais divertissant.

Marguerite-768x576Marguerite. Une baronne est persuadée de chanter parfaitement et elle est entourée de gens qui la supportent sans jamais lui dire la vérité. Mais elle s’ennuie, elle est pleine de fric, mais rien n’y fait. Alors elle va se lancer pour devenir chanteuse dans une vrai théâtre. Ce film en costume est une merveille. Catherine Frot est absolument fantastique dans ce rôle de cantatrice ratée. Les seconds rôles sont tout aussi passionnants. C’est une comédie noire. J’ai vraiment aimé. Mes parents avaient aussi un article sur le sujet, à lire ici.

Ciné Reviews: Grimsby et Spotlight.

Sacha-Baron-Cohen-film-se-012Grimsby est une comédie avec Sacha Baron Cohen, on retrouve l’acteur dans une nouvelle pastiche. Grimsby, du nom de la ville où il habite, dans le nord de l’Angleterre, vit sa vie typique d’anglais au chomage supportant l’équipe d’Angleterre et enfilant bière après bière. Il vit dans l’attente de son frère, séparés alors qu’ils étaient enfants. Un jour, il va le retrouver, son frère, agent secret…. bref tout l’opposé. Le film évolue dans un univers crado, pipi, caca. C’est tellement bête que ça fonctionne. A force de jouer dans l’outrance, on finit pas rire devant l’imbécilité de ce film. 

spotlightSpotlight vient d’être récompenser aux Oscars en tant que meilleur film. Ce film revient sur l’enquête de journalistes du Boston Globe sur les prêtres pédophiles… Au fur et à mesure que la recherche avance, l’horreur se déroule devant leurs yeux alors qu’eux-même sont catholiques. Cette enquête va révéler au monde toute l’hypocrisie de l’église catholique qui refuse toujours d’en parler. C’est passionnant et absolument révoltant. On retrouve Michael Keaton excellent, pareil pour Mark Ruffalo. C’est vraiment un film à voir.

Ciné review: Deadpool.

Retour au cinéma après presqu’un mois d’absence. C’est pas les films qui manquaient, juste le temps!

Donc on a profité des vacances pour voir Deadpool.

DeadpoolAdapté d’un comic Marvel, Deadpool raconte l’histoire d’un homme qui a subit une mutation pour devenir un super-héros. Enfin, c’est ce qu’il pense, parce que ce qui va se passer, c’est plutôt un cauchemar violent. Mais là où le film est particulièrement réussi, c’est l’humour. En effet, raconté à la première personne face caméra, on suit l’origine en parallèle à sa poursuite du méchant. Ryan Reynolds avait joué dans The Green Lantern, et le film y fait multiples références. Donc le film reprend les codes classiques qui ont fait le succès de Marvel pour mieux les détourner, jusqu’au message de fin de générique (je ne vous en direz pas plus). Je l’ai vu deux fois et je peux vous dire que la deuxième fois était meilleure parce que le film fourmille de détails via des flashback puis flashforward… C’est un super film de superhéros, ce que celui-ci n’en est pas un. Il est égoïste, assez méchant et très porté sur le sexe. Voilà un peu l’histoire. Je vous laisse y aller pour vous en faire votre propre idée!

Related Posts with Thumbnails