Le jour où je suis allé aux courses hippiques.

Ce n’est pas totalement par hasard que je me suis retrouvé aux courses hippiques d’Hamilton, dans la banlieue de Glasgow. C’était une soirée organisée par une de mes collègues, une occasion comme une autre d’aller boire un coup un vendredi soir, après une dure semaine de travail. Ainsi, je me suis retrouvé à y aller. Côté météo, rien n’était gagné, d’autant plus que les courses se passent en extérieur (ah bah oui!).

P1210948
Le ticket d’entrée et un bon pour un burger que j’ai récupéré!

Le principe de la soirée était le suivant. Se retrouver au centre ville de Glasgow à 17h habillé sur son 31, surtout les femmes qui mettent leur plus beaux apparats, pour avoir pris le train juste avant avec l’une d’entre elles, beaucoup de regards se sont tournés sur son passage. Ne pas oublier de prendre des canettes de boissons alcoolisées pour le voyage en bus affrété pour l’occasion, le prix de l’alcool sur le champ de courses étant relativement prohibitif, il est important de se bourrer la gueule avant d’entrer, d’autant plus que les gardiens y sont très stricts, pas de liquide. Comme au festival. Après 30 minutes de voyage, et une ou deux canettes descendues, nous étions devant les portes. Notre collègue avait pris les devant en réservant les tickets d’entrée, £28 le pack Braveheart – ça ne s’invente pas – comprenant un burger, un verre de vin ou une pinte de bière et un pari de £2 gratuit. Evidemment, ces £2 sont une incitation. La plupart des personnes qui m’accompagnaient pariaient sur toutes les courses. Le choix de centre de paris est très large, allant des grosses compagnies nationales (Ladbroke, William Hills…) aux petits locaux. Pour ce qui est du fonctionnement de la soirée, on avait établi une petite routine: paddock, boisson, champs de courses. Avant d’établir cette routine, nous nous sommes quasiment tous précipités sur le burger offert (burger oignon fromage). Ne pas boire le ventre vide était la raison essentielle invoquée. Il y avait 7 courses dans la soirée sous un ciel clément, ce qui fut bien agréable, nous évitant ainsi de faire usage de parapluies disgracieux. Si ce genre d’événement revêt d’un élément populaire, beaucoup de spectateurs étaient très bien habillés.

La soirée a fini, alors que ciel commençait à s’assombrir, vers 10h30, après un concert des célèbres Red Hot Chilli Pipers. Un groupe connu au nord du mur d’Hadrien. Composé de 3 joueurs de cornemuse, d’un clavier, d’une basse et de deux batteries, le groupe entonne des airs écossais ainsi que des reprises de tubes internationaux. Il était pour nous temps de regagner Glasgow pour continuer à boire dans un pub du centre. Ah les soirées écossaises!! L’alcool est roi!

Le verre de vin gratuit
Le verre de vin gratuit
Les paris sont ouverts!
Les paris sont ouverts!
Les Red Hot Chilli Pipers
Les Red Hot Chilli Pipers

Freshers Week at Glasgow University.

La Freshers Week c’est la semaine des nouveaux qui arrivent à la fac, les premières années qui découvrent la vie étudiante… et quoi de mieux pour découvrir cette vie étudiante que te faire la fête? Ainsi, la plupart des boites de nuit se sont alignées devant la fac et ont distribué moult flyers… Et de même, les Unions (syndicat étudiant bien plus fêtards qu’en France) proposent pas mal d’activités pour ces jeunes gens en quête de bière et autres alcools pas chers. Ainsi, samedi, nous nous sommes introduits dans un soirée internationale avec découverte du ceilidh et ensuite boite de nuit, le tout organisé par GUU, une Union destinée aux jeunes sportifs et compagnie. Les boissons étaient terriblement bon marché (£1.85 la pinte de bière) et l’odeur de transpiration à son comble… Reste que pour le reste de cette semaine, bien la plupart des soirées nous sont interdites d’accès, puisque nous sommes maintenant des post-graduate (master). Mais la fresher week va se conclure avec un débat fort racoleur sur la pornographie. Tout un programme!

Un bar dans mon portable.

Le lundi, c’est le jour des applications Android. Aujourd’hui, les encyclopédies à cocktails.


10001 cocktails propose des cocktails à tout va, on peut rechercher par base de cocktail, par ordre alphabétique… mais on ne peut pas faire l’inventaire des ingrédients qu’il y a dans son bar. Cocktail Hero le propose. On clique tous les ingrédients que l’on a à disposition et l’application vous donne la liste des cocktails que vous pourrez faire (ainsi qu’un pourcentage pour les autres cocktails répertoriés). Les recettes sont illustrées avec le type de verre dans lequel verser ces cocktails. Le gros souci de tout ça, c’est que ces deux applications sont en anglais et que toutes les mesures sont en anglais… Ils auraient pu mettre des proportions en quart. Une dernière application, plus belle, mais payante s’appelle Cocktail King, belles illustrations. Je n’ai que la version gratuite qui ne propose que 4 recettes.

Bon allez, je retourne me faire un mojito! eheh

Glasgow by night.

Je me suis dit que ça pourrait être intéressant de prendre quelques photos en pleine nuit, quand Glasgow est endormi… Faut dire que Glasgow s’endort assez rapidement en semaine. À 6h, les magasins ferment, les rues se désertifient, à 22h, les derniers plats sont servis dans les pubs. Du coup, il n’y a plus grand monde dans les rues. Pour les week-end, c’est un peu différent: les clubs ferment à 3h du mat. Et c’est assez amusant de se promener aux alentours de 4h le dimanche matin, il n’y a plus aucune agitation dans la ville, alors que les rues étaient encore bien remplies une heure auparant! Avant de partir, je vais essayer de prendre des photos des gens en qui partent en soirée… Mais en attendant, voici 7 photos de Glasgow au repos prises lundi à 23h30.

Vidéoscopie d'un anniversaire.

Voilà une vidéo des meilleurs moments en vrac de ces derniers jours… Rien d’exhaustif, évidemment!

This is halloween!

Halloween pour moi, c’est surtout un film qui a berçé une bonne partHMV Pumpkinsie de mon enfance: L’étrange noël de Mr Jack. Parce que sinon Halloween n’a jamais été une tradition… Juste qu’une fois étudiant, j’ai pris plaisir à participer aux soirées puis à en organiser. Et cette année ce sera un Halloween de fou, vu qu’ici ça fait trois jours qu’il y a une file d’attente de psychopate devant le magasin de costume sur la rue principale de Glasgow… Bon et petit spoiler rien que pour vous mes chers lecteurs, je serai déguisé en drag queen… sans les talons et tout, mais avec une élégante robe dorée multifacette (quand je dis élégante, c’est l’élégance Glasgewgian…), des chaussures plates dorées avec un noeud noir et un magnifique collier doré avec une perruque blonde… Bon, je sais que ça fait cliché qu’un gay se travestisse… mais j’assume! Et comme je l’ai lu dans Life and Time of Harvey Milk, Halloween a toujours été une grande célébration gay: c’était la seule nuit oú des hommes pouvaient se déguiser en femme… au moins aux États-Unis. Les photos seront sur facebook.

For me, Halloween, it’s a movie that I saw all my childhood long… it’s Nightmare Before Christmas. Because, otherwisemGreggs Halloween has never been a tradition… I started having Halloween when I was a student, I even hosted one Halloween party… Today will be a huge thing since it looks like people are really into it. Since the begining of the week, people are queueing to enter into Dazzle, a costume retail store located on Saucchiehall street, in city centre. And as I want to spoil you my dear readers, I’m going to tell you how I’m going to dress: I bought a gold shiny dress, gold shoes, and a gold neck lace, and a blond wig… Should be funny, even if I’m pretty aware that it’s a little cliché to dress into a woman for a gay person… but I assume!! And as I read in Life and Time of Harvey Milk, Halloween has always been a huge gay party since it was the only day in the year that men could dress into a woman… at least in the US. Pictures will be on Facebook!

Lips sur xBox 360.

J’ai joué ce week-end à Lips (vous savez le jeu qui sponsorise la Nouvelle Star) chez une amie. J’y ai un peu perdu ma voix. Déjà, je tiens à préciser que je suis vraiment un mauvais chanteur. Pour vous donner une idée, j’ai la même voix de canard que le mythique Philippe Manoeuvre quand je chante. Pas assez de souffle pour tenir une note (en même temps, je commençais à tomber malade) et surtout, une belle voix de canard! Le pire, c’est que le rythme semble m’avoir quitté en cours de route. Ainsi, je n’arrive pas à suivre le karaoké. Donc, la Nouvelle Star, ce sera pas moi! Dramatique!
Bon, venons-en au jeu en lui-même! Une belle déception. Certes, la sélection de titre est variée en style mais bien trop courte. En deux heures, on a chanté toutes les chansons. Il y en a une cinquantaine… Ça va de Survivor des Destiny’s Child à Yellow de Coldplay en passant par Leona Lewis et Dancing like an Egyptian des Bangles. C’est donc hétéroclyte. C’est assez tendu, parfois, comme sur Survivor, c’est tout simplement horrible tellement il y a de « ooooooooooooooooh » à tenir. Parfois, c’est juste impossible à suivre, comme pour Virtual Insanity de Jamiroquai. Bref, dur dur d’être une rockstar! Le tout reste tout de même assez ludique puisque ça fini en grosse marrade! Je trouve donc que c’est un peu cher pour ce que c’est… mais que ça anime bien une soirée ou deux!

Related Posts with Thumbnails