Resto: Squid Ink.

Squid Ink nous a été recommandé par un serveur de Gotham. Squid Ink installé dans le quartier de Ancoats, dans le nord de Manchester, est un restaurant atypique. Il n’y a pas de menu, enfin, si, il y a un menu unique qui change au grès des saisons et ce chaque mois. Donc. nous avons dégusté le menu de février, concocté par un chef qui n’en est pas un, il est surtout passionné de cuisine, inspiré par ses origines jamaïcaines, et aidé d’un serveur très sympathique. La carte des vins est intéressante, elle propose des vins du monde entier. Le menu était composé de quatre plats, tous présentés par le chef avec minutie. Ainsi nous savons que la cuisse de poulet était braisée dans un barbecue à 1000 degrés pendant quelques secondes. Mais revenons-en au début, où l’on a mangé un boeuf haché au curry avec des petits pois, de la patate douce et un yaourt au citron vert. Petite mise en bouche, que ne nous a pas renversé, mais la suite fut plus à la hauteur. Ainsi, un filet de cabillaud avec de la carotte, du poivron et des piments marinés au vinaigre, suivi d’une patte de poulet confit à la jamaïcaine avec un blanc de poulet poché, du riz et des pois, de la banane plantain et une compote de mangue. Le quatrième et dernier plat était le dessert, à la hauteur des deux derniers plat. Ananas roti, glace à la noix de coco, de la mangue, un pain d’épice au rhum. Prix du menu: £30. Verdict: on reviendra!

 

Restaurant: 47 King Street, Manchester.

Je vais inaugurer une nouvelle rubrique dédiée aux restaurants. Parce que nous l’avons remarqué, il suffirait plus d’une année pour se faire un restaurant différent par jour. Malheureusement, nous nous contentons à y aller une fois par semaine. Donc cette semaine, nous avons testé et approuvé, je vous le dit tout de suite, le 47 King Street à Manchester.

Situé dans une rue discrète, sous un parking, ce restaurant sans nom est une adresse renommée. Il n’est pas rare de le voir rempli avec des voitures de luxes garées aux abords. A la carte, il y a une sélection de plats préparés avec des produits locaux pour proposer une cuisine franco-britannique, une fusion haut de gamme. Que ce soit des moules marinières ou un parfait de foie de poulet, l’entrée est un délice, suivi d’un médaillon de boeuf élégamment reposé sur un lit de purée de pommes de terre tout aussi délicieux. La viande fond dans la bouche, des légumes verts sont apportés, une célébration. Pour le dessert, encore la sélection est méticuleuse, mais nous avons choisi une dessert à partager qui consistait en une farandole sucrée: mousse au chocolat, crème brulée magnifiquement exécutée et gelée de fraise. Nous sommes sortis repu, le sourire aux lèvres. Un délice.

La bouffe polonaise!!

Ah la bouffe polonaise, c’est un truc! Rien de bien raffiné comme la nourriture française, en Pologne, c’est un peu comme en Allemagne, la nourriture tient au corps. Pas de chichi, on s’en envoie! Alors imaginez, on arrive au resto, on regarde la carte. On voit le mot entrée, on se dit, tiens on va se partager une assiette de charcuterie, avant d’attaquer un plat principal… Sauf que nous ne nous étions pas rendu compte que cette assiette de charcuterie était massive. Quand je dis massive, il y avait de quoi nourrir quatre personnes! Pareil, une fois, nous avons mangé dans un resto qui s’appelle Honoratka et nous étions prévenus de l’affaire. Le menu indiquait: « pour deux personnes affamées » Résultat, pléthore de viande, de légumes confits… Il y a de quoi se remplir la panse. 

Mais en Pologne, il y a des plats et soupes qui valent le détour. Les pierogi, ces raviolis fourrés à toutes les sauces. Le zurek, une soupe qui aide à lutter contre la gueule de bois. On en trouve à peu près partout, mais surtout dans les Milk Bars. Il s’agit d’une cantine toute droit sortie de l’ère soviétique qui sert des plats simples à des prix battants toute la concurrence. Le principe est le suivant, on regarde la carte écrite exclusivement en polonais. On essaye de commander à la matrone perchée sur un piédestal, nous surplombant. Sans un sourire, ne levant pas les yeux de son journal, elle nous indique le prix à payer. Ensuite, on donne notre note à la cuisine, qui se trouve derrière un trou dans le mur. Là on voit les marmites bouilloner, entourées de femmes d’une bonne quarantaine d’années au minimum. Des femmes qui semblent avoir fait ça toute leur vie! C’est rapide et délicieux! A essayer!

Restaurant indien.

2013-11-14 19.35.09

Si en France, il y a moult restaurants marocains, ici, au Royaume Uni, c’est les restaurants indiens que l’on trouve partout. Il y a plusieurs types de restaurants indiens. Les curry houses proposent un menu quasiment identique, il y a les autres restaurants qui proposent une cuisine originale. Les britanniques aiment les curry houses parce qu’ils ne sont pas déçu par le menu. Mon copain ira au curry en sachant quoi commander avant même de pousser la porte. À cela, il faut ajouter que les pubs font aussi généralement une Curry Night où la cuisine propose une variété de plats à prix réduits, le plus souvent incluant une boisson. Wetherspoon, une chaine de pub nationale, fait son Curry Club le mercredi toute la journée, un plat avec une boisson (pinte de bière, verre de vin…) coûte £5.99. C’est extrêmement bon marché. Les curry houses sont relativement raisonables question prix, on s’en sort généralement pour £30 livres à deux. Pour ce qui est des autres restaurants, ça varie. J’oubliais les échoppes de vente à emporter proposent aussi des curry, mais alors là, il faut faire attention. Tout ce qu’il faut regarder, c’est le nombre de piments mis à côté du titre du plat. En général, les plats crémeux (Tika-Masala, Korma…) sont plus doux que les autres. Il faut aussi savoir se laisser guider par le serveur, qui connait les goûts des britanniques. D’ailleurs, la plupart des plats servis dans les curry houses sont des inventions britanniques. Par exemple, le Tikka Masala a été inventé à Glasgow, le Balti vient de Birmingham. Les viandes proposés sont les suivantes: poulet, agneau, crevettes. Et la bière que je conseille pour accompagner toute cela, c’est la Cobra, une bière indienne élaborée à base de riz. Voilà, vous savez tout du curry en Grande Bretagne.

2013-11-14 19.16.45

Chai 33.

2013-07-26 14.03.58

Pour changer des chaines de restaurant à viande, je me suis laissé tenté par la carte de Chai 33 à Cour St Emilion. Le restaurant propose un menu estival express pour 16 euros, le tout servi sur un plateau. Les prix des plats à la carte sont assez élevés et les boissons aussi (4.95 pour un coca, 9 euros pour un verre de sangria)… Mais revenons à leur formule déjeuner express qui propose 3 choix: Marrakech, Sud ou Lisboa. J’ai choisi Sud avec un Risoni Chipirons et Dés de Chorizo et un blanc-manger au fruits rouges en dessert. Je n’avais aucune idée de ce qu’était un Risoni Chipirons, mais j’ai pas été déçu du voyage! Il s’agissait d’une sorte de risotto avec du poulpe. Pour le blanc-manger, c’était assez fin, mais pas sensass non plus. Ils ont oublié ma boisson. Je m’en suis rendu compte à la fin du repas… Il était trop tard! C’est un endroit assez agréable, mais je n’en ferai pas ma cantine.

Hillhead Bookclub on a Sunday.

Le West-End de Glasgow recèle de beaucoup de surprises! Ainsi, un dimanche midi, nous cherchions désespérément un restaurant bon marché pour y déjeuner. Et en remontant Byres Road, nous sommes tombé dans ce restaurant, ancien théatre reconverti en resto branché. Quand je dis branché, l’endroit était rempli de hipsters venus bruncher. La carte est simple et le cadre agréable. On est accueilli avec une bouteille d’eau aromatisée à la fraise avec une tige de menthe en transversal. J’ai dégusté un magnifique sandwich au poulet, bacon, tomate et salade… Magnifique, le tout accompagné de frites faites maison. Un vrai régal! Le service est sympathique, sans trop de chichi. Et je n’étais pas le seul à prendre des photos de mes plats… serai-je un hipster?!

Ginette et Marcel, restaurant de tartines en Avignon.

Mon amie avignonnaise m’a fait découvrir un petit restaurant assez couru et relativement bon marché. On n’attrape pas les mouches avec du vinaigre, la liste des tartines donne un large choix et bien que fort simples, les plats sont délicieux. Accompagnés d’une salade et d’un bon vin (Côte du Ventou en ce qui nous a concerné), on se régale. J’ai pris une tartine de paté de canard et cornichons, mes amies ont opté pour du Brie de Meaux et cerneaux de noix. Simples, je vous le disais, mais forts efficaces. La terrasse était bondée en cette période de festival. Pour finir, nous nous sommes laissé tenté par les tartes, autre spécialité de Ginette et Marcel. Tiramisu en bocaux pour l’une, tarte au citron pour l’autre et tarte aux framboises pour moi. Dé-li-cieux! Donc, en somme, une très bonne adresse à noter et conserver en cas de déplacement en Avignon. Voici l’adresse: 25 place des Corps Saints, 84000 Avignon.

Related Posts with Thumbnails