Et si Obama n'était que de la poudre aux yeux?

obama pointed fingerDe plus en plus de choses me font penser que Barack Obama n’est que de la poudre aux yeux. En novembre dernier, on pensait que l’élection de Barack Obama allait mettre un sacré coup au conservatisme américain. Barack, pensait-on, allait sauver le pays, allait changer les États-Unis. C’était sous le coup de l’émotion, et maintenant, l’euphorie laisse place à une certaine déception. Certains vont même jusqu’à penser que Bush, au moins, disait ce qu’il pensait.

La déception se fait sentir un peu partout dans les rangs des progressistes. La communauté LGBT pense que Barack Obama les mène en bateau concernant le droit au mariage. En effet, il avait fait de belles promesses aux gays et lesbiennes du pays en faisant miroiter une loi permettant à tous de se marier. Maintenant qu’il est au pouvoir, Barack Obama ne semble pas pressé, proposant même une politique digne de la ségrégation (sans le dire): equal but separate. Ainsi, les gays auront un mariage à eux, mais pas le même que les hétéros… Les critiques sont amères.

De même, pour les crimes de guerre. On pensait que Barack Obama aurait les tripes de sanctionner les crimes de barbaries et la pratique de la torture telle qu’elle avait été légalisée par le gouvernement Bush… or, pas plus tard qu’avant hier, il annonçait qu’aucune sanction ne sera prise. Il a même été jusqu’à réouvrir les tribunaux d’exceptions à Guantanamo, avec de nouvelles règles, certes, mais le mal est fait. De plus, les photos des actes de tortures ne seront pas rendues publiques… un recul.

Bon, il reste quelques espoirs avec l’assurance maladie. Clinton avait échoué faute d’appui politique, Obama va devoir appuyer fermement la création de la sécurité sociale alors que le Sénat, assez conservateur, ne semble pas vouloir voter cette réforme. Pour preuve, le nombre de mail que je reçoit par le mouvement MoveOn qui a milité pour l’élection d’Obama et qui milite pour la création d’un sécurité sociale, entre autre.

On le sait, la tâche de Barack Obama est lourde, mais cela n’excuse pas tout… Je commence à me demander si vraiment Barack Obama est vraiment liberal… parce qu’il semble qu’il soit aussi libéral que Clinton l’était, « a new kind of democrat« .

Cinéma. Gran Torino, The Wrestler & Cyprien.

Gran Torino - Clint Eastwood

Gran TorinoGran Torino, c’est le dernier film du grand Clint Eastwood qui décidément vieilli bien. Un peu comme le bon vin, le dernier des grands, dixit un mag de ciné, revient avec classe. Gran Torino, c’est une voiture, symbole d’une époque, maintenant révolue, où les voitures étaient encore fabriquées aux États-Unis. Son propriétaire est un vieil homme, grincheux, xénophobe, veuf. Il a des enfants qu’il ne supporte pas, il est seul. Son quotidien va être bouleversé quand il va commencer à s’intéresser à ses voisins, des asiatiques que jusque là il méprisait, lui qui en avait tué tant en Corée… Voilà donc un superbe film sur la différence, la tolérance. Walt, le personnage que campe Clint Eastwood, est touchant, et pas pour de mauvaises raisons. Bref, il faut découvrir ce film qui a, semble-t-il cartonné hier, se plaçant en tête aux premières séances parisiennes…

The Wrestler - Mickey Rourke

The WrestlerThe Wrestler, c’est le rôle de la vie de Mickey Rourke. Cet homme cassé, abattu, que tout le monde méprise, mais adulé par quelques fans, est merveilleusement bien campé par le vieux Mickey, normal me direz-vous, lui aussi revient de loin. Le scénario a été fait sur mesure et c’est une pure réussite. À travers ce film, on découvre aussi le quotidien des catcheurs professionnels qui luttent pour une reconnaissance mais qui se fracasse au fur et à mesure des combats, qui même s’il sont scénarisés n’ont rien d’inoffensif pour les combattants. Ce film aurait pu valoir un Oscar à Mickey Rourke, dommage qu’il ne l’ai pas eu, mais comme le reconnaissait l’intéressé, son film n’était pas tellement politique, contrairement à Milk. Enfin bref, il faut souligner la justesse de tous les acteurs, le film est à la limité d’un documentaire… et aussi l’intelligence du réalisateur, Daren Aronofski, qui nous prouve une nouvelle fois qu’il est plein de potentiel, avec notamment ces scènes où Randy avance avec la caméra qui le suit, on ne voit que son dos, comme si la vie était un combat.

Cyprien - Catherine Deneuve

CyprienPassons à la comédie française de la semaine avec Cyprien. Ce film aurait pu être un gros navet, un navet de plus, me direz-vous, mais c’était sans compter sur la ferveur du public composé exclusivement de teenager, à savoir que je faisais vieux dans la salle… En effet, on sentait dans la salle comme une électricité, comme si la salle était remplie de nerds… C’était d’ailleurs amusant de voir ces jeunes qui semblaient s’identifier au personnage, levant le point, criant le soutien… Magnifique salle. Bon, le film, lui, n’a rien de spécialement intéressant: un jeune homme pourri par la nature se voit délivrer un déodorant qui va le transformer en beau gosse affable, un peu comme si les fées de Cendrillon avaient été mises en pulvérisateur… Côté casting, soulignons que Deneuve en fait des tonnes, comme si elle avait rêvé de ce rôle toute sa vie (elle admire Meryl Streep dans le Diable s’habille en Prada)… Bref, on sourit mais par pure gentillesse…

#1179. Ted Stanger et la France.

https://i2.wp.com/ecx.images-amazon.com/images/I/514Y00MZKPL._SS500_.jpg?resize=229%2C229Ted Stanger a été reporter pour Newsweek aux quatre coins du monde… et a finalement atterri en France, pays de ses rêves, lui petit gars de Columbus dans l’Ohio, comme il aime le rappeler, afin de se différencier de l’élitisme qu’il dénonce… or première contradiction: il prétend décrire la France à l’usage des français, or il ne décrit seulement la vie parisienne… Ainsi, ce livre à l’usage des français n’est pas d’un grand atout! Toute fois, on peut apprécier le ton de ses livres, mini-pamphlets, sur la société française qu’il aime critiquer. Pour lui, tout ce passe tellement plus simplement aux États-unis, qu’on se demande pourquoi il reste si attacher à la France. En effet, il relève le taux d’imposition très élevé en France, la bureaucratie (il n’a pas entièrement tord…), s’éffraie de l’inefficacité de la Sécurité Sociale… et propose une alternative ultra-libérale, allant jusqu’à citer la vieille Maggie Thatcher qui n’en demandait pas tant. Il est vrai que la France a besoin d’une réforme profonde, notament quand il s’agit de toute la paperasse nécessaire pour vivre en France… mais peut-être pas forcément en voulant à tout pris imiter les États-Unis. Un système critiqué même aux États-Unis, où un certain Barack Obama est justement en train de copier un peu sur le système français, limitant les salaires pour les entreprises aidées par l’état, créant, surement, un ministère de la culture (qui serait dirigé par Quincy Jones, aux dernières nouvelles)… Il faut en effet savoir que notre ami Ted base l’inexportabilité de la culture française sur le ministère en question. Enfin, il est amusant de voir que tout ce que préconnise Ted Stanger est critiqué actuellement en France où un certain Sarkozy, king of France, a voulu imposer des réformes pour « faire comme tonton Bush »…

Après, Stanger n’a pas forcément tord sur tout, comme l’indépendance des journalistes, l’immobilisme de la société, l’agriculture soutenue par la PAC, le vin français inexportable car incompréhensible à l’étranger alors qu’un simple « French Wine » suffirait sur la bouteille, les hommes politiques à vie…

#1102. Obama Superstar!

Obama's book widely advertised in Paris

Le visage de Barack Obama a recouvert tous les murs de Paris pour la sortie de son livre…

#1098. Mails from Obama.

1098.gif

La campagne Américaine est belle et bien finie, j’arbore toujours mon badge « O » sur moi et je suis tellement heureux de voir Obama président… vous pouvez pas savoir. En fait, ce qui me fait vraiment plaisir, c’est le contraste entre Bush qui représente l’ultra-conservatisme et Obama qui représente pour l’instant l’espoir d’un monde meilleur. En tout cas, cette élection est historique, reste à savoir si Obama et son équipe auront les moyens de leur politique…

nov4_changecanhappen_e30.jpg

Or donc, hier, j’ai reçu un mail pour m’expliquer que le Parti Démocrate s’est tellement endété pour cette campagne, la plus chère de l’histoire Américaine, faut-il le rappeler, qu’il fait maintenant appel aux militants pour lui venir en aide. C’est comme un grand télé-achat. Pour $30, on peut acheter un t-shirt « Change Can Happen ». Et venir, par la même occasion, en aide au Parti Démocrate. Je reçois aussi des mails d’un organisation de soutien à Obama qui s’appelle MoveOn qui me propose de recevoir gratuitement un sticker intitulé « Yes We Did »et deux jours plus tard d’acheter un t-shirt avec ce même dessin… Mais le plus rageant dans l’histoire, c’est que ces achats ne sont accessibles qu’aux Américains. En effet, comme ce sont des objets de campagne électorale, il est impossible d’y injecter de l’argent étranger… Normal, me direz-vous.

Et puis la semaine dernière, je suis parti à la recherche de journaux Américains sur les résultats des élections… mais impossible d’en trouver. Rupture de stock totale. Et visiblement je ne suis pas le seul à en vouloir puisque S. m’annonçait récemment qu’on pouvait trouver ces journaux collectors sur eBay à des prix exhorbitants! On n’arrête pas les affaires!

#1096. Politique française.

1096.png

Tout est parti mercredi matin, avec l’annonce des résultats des élections américaines. « C’est un grand message d’espoir », c’est pas moi qui le dit, mais le représentant de l’espoir en France: Patrick Devedjian! Eh ehe! Oui, un message d’espoir… En même temps, c’est pas lui qui va en donner! Ce type me fait penser à un faux-cul immense… Mais il a raison, Barrack est plus proche de ses idées que de celles de l’ami Besancenot! Parlant d’espoir, je pense que le paysage politique français est complètement bouché par les partis eux-mêmes. Les barons de chaque parti empêchent aux nouvelles tête d’accéder aux postes importants des parti. Pour preuve: pas un seul (ou si peu) dirigeant issu de l’immigration… le seul teint halé dans ces arcades du pouvoirs seraient ainsi dues à un trop plein d’UV! Mais que voulez-vous, le pouvoir est une affaire trop sérieuse pour être partagée… Faut pas pousser, non plus!

Or donc, nos amis les français me font bien rire. Ils sont plus de 80% à approuver l’élection de Barrack Obama… tient, ce chiffre correspond au pourcentage de personnes qui n’ont pas votées pour Lepen en 2002! Comme me le rappelait un prof, quand on regarde autour de soi, on s’imagine aisément qu’environ une personne sur cinq a voté Lepen en 2002… Et donc, c’est pas demain qu’un noir se retrouvera propulsé candidat d’un parti présidentiel. Et tant que cela ne sera pas possible, je pense que le malaise politique persistera.

Enfin, nous voilà soulagé parce que c’est Mme Fra-Ter-Ni-Té qui va bientôt prendre les rennes du PS… Évidemment je désapprouve. Évidemment je considère que quand on a perdu à une élection, on se range. Parce que tel que c’est parti, aux prochaines présidentielles, on aura un air de déjà vu: je vois bien un Sarkozy-Royal… Effrayant, nan? En fait, c’est un peu dingue, mais je pense qu’il faudrait refondre le paysage politique français: un parti libéral à gauche et un parti conservateur à droite. Mais bon, ce n’est qu’une douce utopie… Remarquez, au départ, l’élection d’un noir aux États-Unis n’était-elle pas qu’une douce utopie?!

#1095. The 44th President of the United States is….

t1wideobama01cnn.jpg

mg29293-2.jpgBarrack Obama. 1964, le Civil Rights Act sous Johnson abolissait la ségrégation. 2008, un Africain Américain est élu président des États-Unis. Une victoire incontestable que son adversaire a reconnu. Un fait historique tout aussi retentissant. À l’international, l’image des États-Unis va se redresser. À l’intérieur, le travail est immense. Après les 8 années de Bush, le pays est exsangue. Il faut d’abord remettre à plat le système de taxation (qui taxe actuellement plus fort les bas salaires que les gros), lancer l’assurance maladie universelle plusieurs fois tentée, mais toujours refusé par les lobbies et les plus conservateurs… Et soulagement aussi. Voir McCain et surtout Palin élus aurait été flippant… Leur supposées valeurs ne vont pas gérer l’Amérique! Ouf. Maintenant, tout le monde pense à Kennedy qui s’était fait élire sur un programme de changement, et l’on souhaite à Barrack Obama de réussir là où Kennedy n’a pas réussi et un tout autre destin!

Bravo! Et félicitation au peuple Américain!

Related Posts with Thumbnails