Retour de vacances, vu par mes élèves.

2014-04-21 07.07.44

Les enfants sont formidables, disait Jacques Martin. Je confirme! Voici des morceaux choisis sortis de la bouche de mes élèves et traduit en français pour votre plaisir.

Me voyant tout bronzé, mes élèves se sont empressés de savoir où j’étais allé. Un des mes sixièmes m’annonce qu’il était aussi à Majorque, je lui demande d’affiner ses informations, ce à quoi il me répond: « Alcudia ». Tiens, me dis-je, c’est la même ville… je lui demande dans quel hôtel il était, il me dit: « Bellevue ». Euh attend jeune homme, c’est là où je logeais aussi! Et à tout hasard, tu y étais quand? Bien la première semaine des vacances… Ouf, moi j’y étais la semaine suivante! C’est un peu la magie d’aller dans un des plus grands hôtel d’Europe à des prix défiants la concurrence.

Toujours autour des questions, on me demande si j’ai picolé. « Bah oui, monsieur, à Majorque, tout le monde boit! » Certes… 

Une élève un brin perspicace me regarde l’air inspiré puis me dit: « Monsieur, vous commencez à avoir des cheveux blancs, vous êtes vieux! » Oui, enfin, tu apprendras, jeune fille, que comme je suis blond, je blondis au soleil!

J’ai une classe qui est persuadé que je sors avec une de mes collègues. Ce que nous n’avons jamais nié, juste pour le plaisir de laisser libre cours à leur imagination! Donc, étant persuadés et ayant remarqué que, tiens!, elle était aussi bronzée… ils m’ont demandé si j’avais passé de bonnes vacances avec ma collègue/femme. Et encore ils ne savent pas qu’elle est aussi partie à Majorque!

Une élève me regarde l’oeil hilare et me crie: « Monsieur, vous êtes rouge!! » Toi, tu pousses le bouchon un peu trop fort… mon bronzage est certes un peu cuivré, mais de là à dire que je suis rouge. Il y a des limites!

Les soirées au pub avec les collègues.

2014-02-13 17.20.32

S’il y a quelque chose que j’aime bien dans le monde professionnel en Grande Bretagne, c’est cette capacité à aller au pub pour célébrer les vacances et autres occasions. Avec les pintes, les langues se délient et on apprend à connaître les gens avec qui on travaille mais avec qui on n’a pas le temps de vraiment papoter. Quand je travaillais en Ecosse, dans ma petite école, c’était quasiment un tiers des profs qui se retrouvaient au pub, et je dépensais une fortune à force de tournées générales! J’avais un peu peur qu’en déménageant à Londres, ce genre d’occasion se réduise. La taille de mon école étant monstrueuse, c’est en petit comité que nous sommes allés au pub. Et c’est pas mal de parler en dehors du cadre professionnel de ce qui se passe à l’école et surtout de se détendre un peu! Bon aller, à chao l’école, je te revois dans une semaine!

La question de la semaine. #21

« Monsieur, vous pouvez pas rester l’année prochaine?! »

Voici la question qui revient le plus souvent ces derniers temps depuis que mes élèves savent que je ne serai pas là à la rentrée. Et ça fait plaisir à entendre, même de la bouche de certains empêcheurs de tourner en rond… On en oublierai presque que ce sont de petites terreurs! Alors depuis lundi, pour cette dernière semaine de cours, j’ai reçu quelques cartes, dont une qui annonce fièrement que je suis le meilleur prof de la planète… je ne savais pas quoi dire! J’étais pour le moins ému! Comme disait feu Jacques Martin, « les enfants sont formidables! »

Si dans mon école écossaise l’aventure fini aujourd’hui, pour moi, elle continue lundi dans une école londonienne. 

Le jour où j’ai eu un job à Londres.

Big Ben
Big Ben

Depuis quelques mois, j’avais en tête de trouver un boulot de prof de français à Londres. Une envie de changer d’air et de découvrir d’autres endroits… bref, partir d’Écosse. Pour ce faire, j’ai commencé à postuler sérieusement après les vacances de Pâques. Pas ou peu de réponse, mais je ne me décourageais pas. Allant jusqu’à envoyer des lettres de motivation par dizaine! La semaine dernière, je reçoit un texto de ma supportrice, dans mon école actuelle, qui me dit qu’elle est en train d’écrire une recommandation pour une école à Londres. Dès lors, j’ai attendu le coup de téléphone m’invitant à l’entretien d’embauche, ce qui ne se fit pas attendre bien longtemps, vendredi soir, sur les coups de 2h30, la semaine finissait, tout le monde se préparait au long week-end (lundi dernier était férié) et moi je me retrouvais à devoir préparer une leçon d’une heure et un entretien pour mercredi matin. Stress total devant l’inconnu. Je contacte mes amies de Londres qui acceptent de m’héberger avec joie et j’achète mes billets de train. Mercredi arrive à grande vitesse. Après 1h30 de transport entre mes amies et l’école, j’arrive une bonne demi-heure avant l’heure du rendez-vous. Oui, je suis ponctuel. La journée était découpée de façon à donner un avant goût d’une journée à l’école. Nous étions 3 candidats, tous français, une venant du nord de l’Angleterre qui avait dormi dans un hôtel pas cher à Londres et une autre qui était arrivé en retard. Je fais ma leçon, je fais une tache écrite d’espagnol (sachant que j’ai pas écrit espagnol depuis presque 2 ans, pendant mon stage de 3 mois à Liverpool), ensuite nous avons visité l’école, énorme, puis nous avons observé une classe. Pour finir, j’ai eu mon entretien, 20 minutes, une dizaine de questions. C’est dans la boite. Le directeur me dit que le lendemain, 3 autres candidats étaient attendus et qu’ensuite ils délibéreraient et que j’aurai la réponse en fin de journée… Le lendemain, je me suis convaincu que je n’aurai pas le job, histoire de réduire mes espérances. Mais finalement, vers 16h30, mon téléphone s’agite et le directeur m’annonce qu’il m’offrait le poste à commencer au premier juillet. Et c’est ainsi que j’ai eu mon job pour l’année prochaine. Que dire sinon qu’il faut maintenant que je trouve un appartement à Londres et déménager de Glasgow à Londres en 3 jours, fin juin. Mais, on va y arriver! Je serai un français de plus dans une des plus grandes villes françaises (cf Slate)!

La question de la semaine. #16

« Sir, vous parlez combien de langues? »

S’il y a bien un truc qui impressionne mes élèves, c’est bien ma connaissance des langues. Anglais, allemand, espagnol et bien entendu français, grâce au système éducatif français et au stage de Liverpool, j’ai de quoi avoir l’admiration de mes élèves!

Ciné Review: In The House (Dans la maison)

Dans la maison est le dernier film de François Ozon, il vient de sortir au Royaume Uni. Les britanniques semblent être friands du réalisateur de 8 Femmes, des Chansons d’Amour ou de Potiche. Revenons-en à Dans la maison. Le film met en scène un professeur de français dans un collège pilote où le port de l’uniforme est testé. Dépassé par la médiocrité de sa classe, il va prendre sous son aile un jeune homme en qui il voit beaucoup de talent. Le jeune homme a commencé à s’infiltrer chez un ami chez qui il espionne les faits et gestes de la famille qu’il retranscrit dans une rédaction. Outre les problèmes éthiques que cette démarche pose, le prof va pousser le jeune homme à aller encore plus loin… Mais jusqu’où ira cette relation? Fabrice Lucchini joue à merveille le rôle du prof érudit, un rôle qui semble lui être taillé sur mesure. Le reste des acteurs est aussi très bon. Le film a tendance à pousser vers le suspens. J’ai vraiment adoré ce film que je recommande chaudement, même si ce n’est pas le meilleur d’Ozon.

La question de la semaine #11.

Un concert était organisé dans mon école mardi. Une élève m’appelle: 

« Sir, vous pensez quoi du chanteur?! Il est beau, hein?! »

Serai-je démasqué??

 

Related Posts with Thumbnails