Ciné Reviews: Moonlight et The Founder.

Moonlight, c’est la chronique d’un garçon afro-américain qui grandit tant bien que mal en Floride dans une sorte de ghetto ensoleillé. Elevé par une mère droguée, il tente de fuir, il va trouver refuge chez un couple qui continuera à l’aider. Le film est coupé en 3 parties, comme le montre l’affiche si l’on fait attention. La première, l’enfant mutique harcelé par ses camarades, la deuxième, l’ado mystérieux qui rencontre ses premiers émois, et la troisième, le jeune homme gangsta avec dents en or. On découvre la vie de ce jeune homme balloté qui se pose des questions, il est gay, mais c’est moins de cela qu’il s’agit, je pense que ce film est une fable amoureuse et universelle de ce qu’est de grandir. Les acteurs sont excellents, l’image est magnifique. Un chef d’oeuvre. Vraiment à voir et pourquoi pas, à revoir! ♥♥♥

The Founder, l’histoire de l’homme qui a rendu le monde obèse… Enfin presque, un beau salaud comme on les aime. Un opportuniste au nez creux. Alors vendeur de machine à milkshake, Ray Kroc se rend en Californie où les frères McDonald ont inventé une méthode révolutionnaire pour cuisiner rapidement. Ray veut franchiser et développer la marque, se faire du fric et pourquoi pas évincer les frères de l’affaire. Michael Keaton est excellent dans ce rôle qui, je trouve, lui va à merveille. Nick Offerman est parfait dans son rôle de frère McDonald. Le film est un biopic plus qu’un drame, c’est le biopic d’un requin. ♥♥

Ciné Review: Birdman dans un cinéma polonais.

Birdman est le dernier film avec Michael Keaton. Toute ressemblance avec sa carrière n’est que fortuite, sauf que c’est l’histoire d’un acteur qui a incarné un homme oiseau, super-héros ressemblant étrangement à Batman, et depuis, il vit une dépression alors qu’il essaye de mettre en scène une pièce de théâtre sur Broadway. Or son passé le hante. Son double ailé lui parle dans ses moments de solitude et lui instille le doute. C’est un film étrange, monté sans une seule coupure de caméra. Le spectateur suit l’action avec  un seul point de vue, j’ai beaucoup aimé ce parti pris! Pour ce qui est de l’interprétation de Michael Keaton, secondé par Emma Stone et Edward Norton, j’en reste baba! La musique est composé d’un beat de batterie entêtant. J’ai vraiment beaucoup aimé et je pense qu’il mérite bien tous les Oscars qu’il a reçu.

Venons-en au cinéma. Il faisait froid en ce mardi après midi, quand nous sommes allés au Palace de la Culture et des Sciences, plus haute tour polonaise, et une des plus hautes d’Europe, cadeau de Staline dans le plus pur style soviétique. Ce Palace, j’y reviendrai, abrite entre autre un cinéma. Kinoteka, un multiplexe avec une déco pour le moins déroutante. On entre dans un énorme hall avec un guichet aux quatre coins! Après avoir payé le ticket, aux alentours de 5 euros, on entre dans la salle d’attente où l’on peut acheter pop-corn et autres nachos, au plafond, des lumières rouges et jaunes nous éclairent comme dans une discothèque. C’est vraiment comme je m’imaginais une décoration communiste! Puis la salle est tout ce qu’il y a de plus normale. Les films américains et britanniques sont présentés en VO.

Related Posts with Thumbnails