Le livre de Noël géolocalisé.

2014-10-30 16.48.47-1

En me rendant dans une librairie au Pays de Galles, je suis tombé sur un livre qui m’a amusé. L’idée est assez simple. Raconter l’histoire du père Noël qui distribue ses cadeaux au Pays de Galles. Le père Noël passe par Manchester et tourne vers l’ouest pour distribuer ses cadeaux aux enfants du nord du Pays de Galles. Llandudno, Rhyl, Anglesey… toutes les localités y passent. Alors, j’imagine qu’il doit exister une version pour chaque région du Royaume Uni. J’ai mené l’enquête! Et ma supposition était correcte, le livre est décliné pour chaque région… Yorkshire, Essex, Londres, les vallées galloises, le Kent, Norwich, l’Ecosse, et j’en passe! Un bon filon, finalement! 

Mes deux nouveaux livres de recette.

À l’école où je travaille, il y a une vente de livre à prix réduits. Et comme la prof qui organise cette vente est une prof de Home Ec (cuisine et couture), il y a souvent des livres de cuisine. Et les deux derniers en date que tout le monde a voulu s’arracher sont ceux là: Jamie’s 15 minutes recipes (où la star des fourneaux locale propose un palanquée de recette à faire en 15 minutes chrono) et The Hairy Dieters (où les deux bikers poilus propose les recettes qui leur ont fait perdre du poids). Le tout pour £15 au lieu de £25. Je vous en dirai des nouvelles!

Livre de cuisine.

Dans ma colloc, on mange bien! Depuis le début, on mange ensemble le soir. C’est très convivial. Et on découvre beaucoup de plats britanniques, autant que nos amis anglais découvrent des plats français. Par exemple, on leur a fait découvrir le croque monsieur, le poulet au cidre, des pates aux asperges… et eux nous on fait découvrir un fish’n chips maison, la magie du stir fried (wok), du poulet aux épices… Bref, tout un tas de recettes. Et ce qui me plait encore plus, c’est que ça donne des idées, parce que même si on trouve a peu près les mêmes aliments qu’en France, il est bon de pouvoir aussi varier en ajoutant des plats locaux dans les idées, histoire de tirer profit des ingrédients locaux. Et donc, un soir, j’ai eu cette idée de livre de recette qu’on écrirait au fur et à mesure afin de garder des traces de tout ça! Mais le livre, faute de temps, n’a pas encore été commencé. Même si je l’ai acheté la semaine dernière, il va falloir que je le sorte et que je commence à le rédiger!

Imogène, mon écossaise favorite!

Voilà un film qui m’a fait découvrir une série de livre écrite par Exbrayat. Imogène, écossaise rousse et plutôt xénophobe (pour qui l’étranger commence à Glasgow), va se retrouver malgré elle dans une affaire d’espionnage. Et on peut dire qu’elle ne lésine pas sur les moyens, et aussitôt arrivée, les morts commencent à tomber… ce qui a le don de troubler le calme du policier du village, plus habitué à pêcher et à jouer aux échecs qu’à enquêter!

C’est un concentré d’humour et d’action que l’on retrouve dans cette excellente série de livres. Et je ne saurai que vous la conseiller. Enfin, elle me parle parce que ça se passe en Écosse, j’ai l’impression de retrouver de trucs… et de sourire un peu parfois quand Exbrayat décrit des plats écossais avec un peu trop de cliché. C’est certes un peu daté, vu que ça a été écrit dans les années 60. Mais ça se lit très, mais alors, très facilement. Donc, c’est idéal pour lire dans les transports en commun.

Si vous voulez commencer, le premier tome des aventures d’Imogène s’intitule « Ne vous fâchez pas Imogène!« 

The Godfather – Mario Puzo.

the-godfather-marlon-brandoJe suis un très grand fan des films de gangster, de voyous… et donc je me régale à chaque fois que je regarde Le Parrain. Marlon Brando remporte tout mes suffrages, il restera à jamais le parrain Vito Corleone dans ma mémoire. Et comme grand fan qui se respecte, je connais tous les dialogues du film (oui, je n’aime pas les deux suites) « Je vais lui faire une offre qu’il ne refusera pas », « Comporte toi comme un homme »… et puis la fin, si tragique, avec la mort du Parrain alors qu’il jouait avec le petit dernier, le fils de Michael et Kay. Énorme. Dès lors j’avais très envie de lire le livre de Mario Puzo duquel a été adapté le film. Autant le dire, c’est un pavé, plus de 500 pages… Et on est frappé pendant toute la première partie du film par le fait que le film a été calqué sur le livre et c’est un bonheur. Mais la suite (le livre est découpé en 5 livres inégaux en terme de pages, eux-même divisés en chapitres) est tout autant passionante. En gros, on suit la famille Corleone pendant 10 ans. 10 ans pendant lesquels la famille va subir des violences extrêmes, va évoluer. J’ai vraiment adoré et je l’ai lu d’une traite… Alors, si vous aussi vous aimez le film, ruez-vous sur le livre!

godfatherI’m a huge fan of all kind of gangster movies. So I really enjoy watching The Godfather. Marlon Brando will always be Vito Corleone, the Godfather in my head (and in my heart!). And as all fans, I know by heart all the dialogues of the film (only the first one because I don’t like the second and the third one) « I’ll make him an offer he can’t refuse » or « Behave like a man! »… and the end, so pathetic, with the death of the Godfather as he was trying to play with his grandchild, the son of Michael and Kay. Just huge! I’ve always wanted to read Mario Puzo’s Godfather from which the film has been adapted. I’ve to say that the book is really big, more than 500 pages… And I’ve been amazed by the fact that the film is completely adapted from the book, and really well-done. So reading the book is great pleasure. And the rest of the book is also really interesting. To summarize, the book follows the Corleones for 10 years. A period during which the family will have to face great violence and will have to adapt and fight to defend their power. I really liked it and I read it really fast. So if you love the film, go read the book!

Déception devant Harry Potter et le Prince de Sang Mêlé.

La séance en elle-même fut particulièrement épique. Un gros bug technique au moment où la séance commença au UGC Ciné Cité Bercy (oui, je les dénonce, faut pas déconner!). En effet, le film est parti en un format très fin, ce qui fait que les sous-titres n’apparaissaient pas et qu’on loupait les 2/3 de l’action! Bref, le projectionniste a dû arrêter la projection et la reprendre au bout de 20 minutes!

 Dave Legeno, Helena Bonham Carter, David Yates dans Harry Potter et le Prince de sang mêlé (Photo)

Harry Potter et le Prince de sang mêléMais parlons du film. Il m’a déçu parce que je pensais voir un film dans la même veine que les épisodes précédents, mêlant action et fantaisie sans trop de chichi. Or, pour le sixième opus, il semble que le chichi ait été préféré! Bref, le niveau de l’intrigue se situe la plupart du temps au niveau des Feux de l’Amour, sans que l’action ne décolle à aucun moment. Certes, je n’ai pas lu les livres, mais je me suis fait extrêmement chier en regardant les amourettes de Ron et Hermione et celles de Harry avec Jenny… J’ai même baillé, regardé mon portable, bref je me suis ennuyé profondément… espérant qu’il y ait un peu d’action. Or les scènes d’action ne font pas vraiment frémir. Hormis la scène de départ (où le Millenium Bridge est mis à mal, et sur lequel se trouvent des centaines de personnes mais sans que personne ne tombe dans la Tamise…) et les combats de Quidditch, il n’y en a pas.

 Alan Rickman, Tom Felton, David Yates dans Harry Potter et le Prince de sang mêlé (Photo)

Et bien, après avoir vu le film, je suis content de ne pas avoir lu le livre, parce que se faire chier pendant 2h30, ça va, mais se faire chier sur 400 pages… Bon, le film est quand même très réussi au niveau des effets visuels, c’est beau, noir et très minutieux. La musique est pas mal du tout. Le jeu des acteurs principaux est un peu nase. C’est pas demain qu’il vont avoir un Oscar. Par contre, Helena Bonham Carter qui campe un ténébreuse folle, et Alan Rickman toujours très classe en Professeur Rogue… Et aussi, palme à l’acteur qui joue Drago, qui arrive à se donner une stature particulièrement sombre. On y croirait presque! Je t’aime Drago!

La Mécanique du Coeur, de Mathias Malzieu.

La mécanique du coeur

J’ai lu ce livre sur recommandation de ma petite soeur. La mécanique du coeur est sortie à la fois en livre et en cd, il y a 2 ans de cela. Et depuis que Mathias Malzieu a rencontré Luc Besson sur le plateau du Grand Journal de Canal+, un film est en production. Le cd est assez excitant par son aspect chorale de luxe, on y retrouve Jean Rochefort, Arthur H, Olivia Ruiz, Grand Coeur Malade…
C’est donc avec un intérêt certain que je me suis lancé dans la lecture du livre. Véritable conte gothique, il raconte comment Little Jack, jeune orphelin d’Edimbourgh, va tenter de concilier ses rêves d’enfant avec la réalité. Il est en effet doté d’une horloge à la place du coeur depuis sa naissance, le jour le plus froid du monde, où il a failli ne jamais survivre sans le doigté de Madeleine, l’accoucheuse des prostituées de la ville. Little Jack grandit entouré de deux prostituées tristes car n’arrivant pas à recevoir d’amour, et un vieil homme, Mr Arthur. Little Jack a de plus en plus envie de voir le ville, et c’est à ses 10 ans, lors de sa première excursion que le jeune homme va rencontrer l’amour en la personne de Miss Acacia, jeune andalouse, qui a par ailleurs charmé le futur ennemi de Jack, Joe.
Tout au long du livre, Mathias Malzieu distille avec un plaisir non dissimulé son univers à la fois proche de Tim Burton et de Mélies. J’ai donc lu avec beaucoup de plaisir ce roman dont j’apprécie la filiation. Ce livre est comme un Bildung Roman où le jeune Jack mène une quête vers l’âge adulte, vers l’amour et vers la découverte de son corps, magnifique reflet de ses émotions.

Related Posts with Thumbnails