Ciné Review: Guardians of the Galaxy Vol. 2.

Les gardiens de la galaxie reviennent et ils sont en pleine forme. Star Lord part à la recherche de son paternel, dont il sait qu’il n’est pas humain. Son père, un dieu égocentrique, habite sur une planète qu’il a lui-même créé, le tout sur fond de lutte des clans avec les méchants et des encore plus méchants. Le film, moins bon que le Vol. 1, reste un bon divertissement plein d’humour et de rebondissements. Les acteurs s’en donnent à coeur joie. Je viens d’ailleurs de découvrir l’excellent Parks And Recreation, série dans laquelle officiait Chris Pratt, et on retrouve son humour dans le film. Pour ce qui est de l’univers, il est très bien léché. Et puis, ce serait une bêtise de ne pas parler de la musique, faite de tubes des années 80. Un vrai plaisir! Un film à voir!

Ciné Reviews: San Andreas et Spy.

san andreasPassons sur San Andreas, un film mettant en scène un gentil papa qui veut sauver sa méchante ex et sa gentille fille alors que la terre tremble, le tout à San Francisco. Rien n’est bon dans ce film. Le jeu d’acteur est terrible, l’histoire est hallucinante de stupidité, et Dwayne Johnson en fait des tonnes, et… bref. Passons. 

spySpy, par contre, vaut un peu plus le coup! Une comédie mettant en scène une secrétaire, mais néanmoins agent, qui se retrouve propulsée sur le terrain alors que l’identité des agents de la CIA est compromise par des terroristes. Ajouté à l’humour crado un peu de gore et vous avez cette comédie réussie. Melissa McCarthy est très bien en agent un peu amatrice et gaffeuse. Jason Statham s’en donne à coeur joie en jurant à tout va. Pour ce qui est de la musique, on a même un cameo de 50 Cent. Le film enchaine les scènes de combat toutes plus dingues les unes que les autres. Je conseille cette comédie.

Ciné Review: A Million Ways to Die in the West.

Mieux vaut tard que jamais, j’ai regardé le dernier film de Seth MacFarlane. Traduit en français « Albert à l’Ouest », cette comédie exploite à fond l’humour de l’auteur de Family Guy et de Cleveland Family. Soit Albert, un nerd vivant en Arizona en 1882, se faisant lourder par sa copine et voulant à tout pris la récupérer. Or cette dernière s’est mise en couple avec le barbier du village… Une moustache étant un signe extérieur de richesse. Tout ce qu’Albert n’est pas. A grand renfort de blagues salaces et d’effets visuels, Albert nous explique par le menu comment mourir dans l’Ouest. C’est assez drôle. Il y a des scènes absolument hilarantes. Le film vaut le détour pour passer un bon moment… En plus on a la chanson de la moustache dans la tête à la fin!

The Book of Mormon. – Musical

2013-10-30 20.49.39-1

Depuis l’arrivée sur le territoire britannique de cette comédie musicale multi-récompensée aux Tony Awards (meilleure comédie musicale notamment), j’avais envie de la voir. C’est en fait mon copain qui m’en a parlé en premier. Les scénaristes sont les auteurs de South Park. Dans South Park, on peut déjà voir qu’ils sont intrigués par les mormons. The Book of Mormon raconte l’histoire de deux jeunes missionnaires envoyés en Ouganda pour convertir. Ce qui donne l’occasion de se moquer des fondements de cette religion née en Amérique. Soit un prophète interpellé par Dieu qui lui annonce que dans son jardin de l’état de New-York, des textes sacrés sont écris sur de l’or. Mais il ne peut pas les montrer à personnes, il doit les traduire et les distribuer sur du papier normal… L’important c’est d’y croire. Tout cela est d’une logique incroyable, souligné dans le musical. Sont abordés, l’excision, l’homosexualité, la guerre, le sida… et la religion mormone. Les chansons sont toutes plus drôles les unes que les autres, si bien que je n’ai pas résisté d’acheter le cd. Les acteurs sont formidables. Surement un des meilleurs musicals que j’ai vu! De plus le théâtre est très bien. Nous étions au dernier rang et nous pouvions voir parfaitement!

2013-10-30 18.51.45-2

Ciné Reviews: White House Down et Rush.

White House Down est le dernier nanard, pardon, film de Roland Emmerich, à qui l’on doit, entre autre, 2012 et Independence Day. Le plot de départ est le suivant: un loser, qui travaille dans le service de sécurité du vice-président, décide de faire une pierre deux coups en emmenant sa fille lors d’un entretien d’embauche pour les services secrets à la Maison Blanche. Sa fille lui en veut parce qu’il n’est pas allé voir son spectacle de jeté de drapeau… mais elle est passionnée de politique. Et comme de part hasard, c’est ce jour-là où les méchants attaquent la Maison Blanche. Tout le monde est débordé et donc le loser se lance dans la reconquête. Sauf qu’il est tout seul et ça en est ridicule. Je pense que Roland Emmerich le savait il a alors glissé moult clins d’oeil appuyé sur des détails tous aussi ridicules… Bref, on se marre bien devant ce film d’action qui marque la suite des destructions de monuments américains par Emmerich. Un film à voir parce qu’on se marre bien quand même!!

Rush est un film basé sur la rivalité entre Nicky Lauda et James Hunt dans les années 70. On a tous plus ou moins une idée de ce qu’il se passe. Nicky Lauda a eut un accident où il a brulé pendant une minute à plus de 800 degrés… Mais revenons au film. Un film bien loin de ce que laisse désirer la bande annonce. Il ne s’agit pas de bagnoles, ni de femmes, mais bien de la rivalité à la vie à la mort qui opposent les deux champions. Chris Helmsworth et Daniel Brühl sont absolument parfaits dans ces rôles. On ressort shooté à l’adrénaline tellement l’histoire est prenante et tragique. Je le recommande énormément. C’est un superbe film.

Ciné review: catch up des dernières semaines.

Alan Partridge Alpha Papa raconte l’histoire d’un présentateur has been qui se retrouve sur une radio locale. Jusqu’au jour où la radio se fait racheter. L’objectif de la marche, c’est de rajeunir les auditeurs. Alors un des vieux de la radio doit partir. Alan Partridge fait tout pour sauver son job quitte à mettre son collègue et ami à la porte. Cet ami va prendre en otage la radio… et Alan va alors se retrouver comme médiateur de la police. Un film drôle, vraiment british.

Kick Ass 2 est un film que j’attendais avec impatience. Et c’est avec un vrai bonheur que j’ai retrouvé les héros de ce comic violent mais amusant. Cette fois-ci, le méchant c’est le fils du mafieux abattu dans le précédent, et Hit Girl se fait recadrer par le meilleur ami de son père, tué lors d’une baston. Le film reprends la veine du premier avec pas mal d’humour, le méchant, Motherfucker, s’habille en sex toys, il embauche une fine équipe dont une russe très musclée… Bref, les élèments du premier reviennent, le film est un chouille plus gore, plus de sang, plus de baston. Reste que je préfère le premier!

The Way Way Back est une comédie dramatique américaine. Une famille recomposée part en vacances, le copain de la mère est un vrai con avec son beau-fils. Le beau-fils ne rêve que d’une chose, c’est de partir chez son père. Les vacances s’annoncent mal. Jusqu’au jour  où il s’aventure en ville et rencontre les membres d’un parc aquatique assez déjantés. Le jeune homme va commencer à sourire. Sa famille ignore tout de sa double vie. C’est une comédie douce amère sur l’adolescence et les vacances dans une famille qui ne tient pas la route.

We’re the Millers est un road movie américain. Un dealer de drogue se fait voler son butin et se voit dans l’impossibilité de rembourser son fournisseur. Lequel va lui proposer une offre qu’il ne pourra pas refuser: aller au Mexique et faire la mule pour ramener de la marijuana aux Etats-Unis. Pour ne pas se faire prendre, le dealeur va alors embaucher un voisin qui n’a pas de nouvelle de sa mère depuis une semaine, une jeune sans abris et sa strip-teaseuse de voisine pour créer une famille et passer inaperçus à la frontière. Sauf qu’une fois la cargaison chargée, les ennuis vont commencer. De blague potache en gags, le road trip avance… J’ai vraiment beaucoup ri en voyant cette comédie où l’on sent que les acteurs ont pris plaisir.

About Time est une comédie romantique britannique signé Richard Curtis (4 mariages et un enterrement, Nothing Hill…). Au tournant de ses 21 ans, un jeune homme introverti découvre le secret des mâles de sa famille: ils peuvent remonter le temps. Il va utiliser cet outils pour trouver la femme de sa vie et sauver sa famille. Un film gentil.

A load of rubbish.

Je trouve cette décoration de camion de poubelle bien à propos et plutôt amusante. Traduire littéralement: « Quel tas de déchets ». Traduire au sens figuré: « Que des bétises! »

2013-05-22 16.12.30

Related Posts with Thumbnails