Photo du Mois: Infini.

Le thème de ce mois-ci est abstrait, d’autant que l’auteur n’a pas donné plus d’indications. Je vais alors laisser cours à mon imagination. Qu’est-ce que l’infini? Ca me rappelle une réponse d’un de mes élèves de 6ème dans une leçon de grammaire quand j’ai demandé ‘Qu’est-ce qu’un infinitif?’ il m’avait répondu: ‘Quelque chose qui ne finit pas.’ Quelque chose qui ne finit pas… Comme le cycle de la vie. Le printemps dans ce lieu qui symbolise la mort en est un exemple. Ah que j’aime les cimetières britanniques, des arbres, des pierres tombales, des fleurs sauvages. La naissance d’une saison, la fin d’une vie. Voilà l’infini pour moi.

2016-05-08 13.18.45

AF News, Akaieric, Alban, Alexinparis, Angélique, Aude, Autour de Cia, BiGBuGS, Blogoth67, Brindille, Champagne, Chat bleu, Chiffons and Co, Chloé, Christophe, Claire’s Blog, Cricriyom from Paris, Cécile, CécileP, Céline in Paris, Danièle.B, DelphineF, Dom-Aufildesvues, E, El Padawan, Estelle, Eurydice, Eva INside-EXpat, François le Niçois, Frédéric, Gilsoub, Giselle 43, Guillaume, Homeos-tasie, J’habite à Waterford, Je suis partie voyager, Josette, Julie, KK-huète En Bretannie, Koalisa, Krn, La Fille de l’Air, Lair_co, Lau* des montagnes, Laurent Nicolas, Lavandine, Lavandine83, Les Bazos en Goguette, Loulou, Luckasetmoi, Lyonelk, magda627, Mamysoren, MauriceMonAmour, Milla la galerie, Mimireliton, Mireille, Mirovinben, Mon Album Photo, Morgane Byloos Photography, Nanouk, Nicky, Noz & ‘Lo, Pat, Philae, Philisine Cave, Pilisi, Pixeline, Renepaulhenry, Rythme Indigo, Sinuaisons, Sous mon arbre, Tambour Major, Testinaute, Tuxana, Voyager en photo, Woocares, Xoliv’.

Le Père Lachaise: les tombes anonymes.

Après un article sur les tombes illustres, je me suis senti comme obligé de faire un article sur les autres, les nombreux autres qui hantent ce cimetière. Si beaucoup se ressemblent, quelques-unes sortent du lot. De la mégalomanie post-mortem, les statues glauques, des ajouts humoristiques, du high tech… Bref, il y en a pour tous les goûts, ou presque! Et puis aussi, il y a de quoi se balader à l’ombre des arbres sur les allées pavées.

Le Père Lachaise: deux tombes illustres.

En balade dans la capitale parisienne, en ce mois d’aout ensoleillé, nous nous sommes rendus dans ce cimetière connu mondialement et qui a inspiré tant d’autres cimetières… Si le cimetière est fort connu, c’est non seulement pour son caractère pittoresque, mais aussi pour ces illustres locataires. Parmi lesquels, Jim Morrisson, le chanteur des Doors, qui attire souvent les foules hippies, et Oscar Wilde, écrivain irlandais qui avait établi sa vie à Paris, et dont les admiratrices ne cessent d’embrasser le tombeau. Un tombeau très art nouveau qui tranche parfaitement avec l’ensemble des tombes qui l’entoure… J’ai connu cette sépulture sans protection et recouvert de rouge à lèvre. Depuis, le gouvernement irlandais a restauré le monument historique et l’a entouré d’une vitre. N’empêche certaines arrivent à embrasser le monument très haut.

St Andrews: sur les traces de Kate et Wills.

Quand j’ai dit à mes collègues que j’allais à Dundee, ils m’ont d’abord regardé avec un air horrifié… et puis ils m’ont dit qu’il fallait que j’en profite pour aller à St Andrews. Dans ma carte mentale d’Écosse, j’avais du mal à localisé St Andrews. Je savais que c’était au nord d’Edimbourg et donc au sud de Dundee… maintenant, je sais où c’est, puisque j’y suis allé. Alors, St Andrews, c’est d’abord une université de réputation mondiale de par son rayonnement intellectuel et par le fait que c’est en cette ville que Kate et William se sont rencontrés. La ville est calme et de taille moyenne. J’ai du mal à imaginer l’hystérie qui a dû s’emparer des lieux quand Prince William y est venu faire ses études… Petit déception, l’université de St Andrews n’a pas de bâtiment principal avec une entrée grandiose. Je m’attendais à une université comme celle de Glasgow (cf Harry Potter). C’est plutôt des immeubles de trois étages qui ont été utilisé pour cette université. Le choc passé, on admire la localisation de la fac: au bord de la mer, sur la côte. Au sud de l’université, il y a une énorme plage, South Sands. C’est là qu’a été tournée la mythique scène des Chariots de Feu où tous ces athlètes courent sur une plage. C’est ici. Et puis au nord de la fac, il y a une cathédrale en ruine. La ville s’est construite autour d’un monastère qui devait être impressionnant à l’époque. Maintenant, c’est des ruines au milieu d’un cimetière. C’est magnifique, comme vous pouvez le voir sur ces photos. Bref, pour tout ça, je conseille la visite de St Andrews.

Toxteth Cemetery.

Nous passons quasiment tous les jours devant un cimetière et il fallait bien qu’on y entre un jour. D’autant plus que mes lecteurs assidus savent très bien que j’ai une sorte de passion pour les cimetières, et encore plus pour les cimetières anciens… et encore plus les cimetières british. Je ne sais pas vraiment comment expliquer cela, je pense que c’est juste regarder un témoignage du temps qui passe, et puis une certaine photogénie du lieu. C’est d’ailleurs pour ça que j’aime les vieux cimetières, pour leur mise en scène et leur caractère naturel (les arbres posés de façon irrégulière sont un petit plus). Je trouve d’ailleurs qu’ils font un superbe lieu de balade!


Père Lachaise, un cimetière original.

En tout, j’ai dû m’y rendre qu’une seule fois. C’était pendant les JMJ (vous savez le rassemblement des jeunes chrétins, oups, chrétiens). Il y avait moult fanatiques dans ce cimetière, c’était une drôle d’ambiance! Et puis, je voulais y retourner, lisant un peu partout autour du monde que tel cimetière a été façonné sur le modèle du Père Lachaise… Dernier exemple en date: Glasgow Necropolis. C’est vrai, rétrospectivement parlant, qu’il y a un air de famille entre les deux cimetières. Mais revenons au Père Lachaise. D’abord, si on veut voir les sépultures illustres, il vous faut une carte, ou des notions d’anglais au cas échéant parce que le cimetière est grand. On a opté pour la seconde option. Vues les tombes de Proust, Appolinaire, la Famille Chrétien-Lafolie, d’Oscar Wilde, de Jim Morrisson… Hallucinant de voir l’effervescence autour de la tombe de ce dernier. Ça se roule des joints, ça bouge ou se recueille en écoutant les tubes du maître, et ça se bouscule un peu derrière les barrières de sécurité. Ce qui est un peu marrant c’est que la tombe est un peu cachée et que des barrières ont été mises pour éviter que les gens ne montent sur les tombes voisines… Autre illustre: Oscar Wilde, la tombe est un monument fort reconnaissable avec les traces de lèvres qui ont envahi le monument. En tout cas, je suis conquis par l’endroit.


Related Posts with Thumbnails