Resto: Squid Ink.

Squid Ink nous a été recommandé par un serveur de Gotham. Squid Ink installé dans le quartier de Ancoats, dans le nord de Manchester, est un restaurant atypique. Il n’y a pas de menu, enfin, si, il y a un menu unique qui change au grès des saisons et ce chaque mois. Donc. nous avons dégusté le menu de février, concocté par un chef qui n’en est pas un, il est surtout passionné de cuisine, inspiré par ses origines jamaïcaines, et aidé d’un serveur très sympathique. La carte des vins est intéressante, elle propose des vins du monde entier. Le menu était composé de quatre plats, tous présentés par le chef avec minutie. Ainsi nous savons que la cuisse de poulet était braisée dans un barbecue à 1000 degrés pendant quelques secondes. Mais revenons-en au début, où l’on a mangé un boeuf haché au curry avec des petits pois, de la patate douce et un yaourt au citron vert. Petite mise en bouche, que ne nous a pas renversé, mais la suite fut plus à la hauteur. Ainsi, un filet de cabillaud avec de la carotte, du poivron et des piments marinés au vinaigre, suivi d’une patte de poulet confit à la jamaïcaine avec un blanc de poulet poché, du riz et des pois, de la banane plantain et une compote de mangue. Le quatrième et dernier plat était le dessert, à la hauteur des deux derniers plat. Ananas roti, glace à la noix de coco, de la mangue, un pain d’épice au rhum. Prix du menu: £30. Verdict: on reviendra!

 

Ma bédéthèque: Je, François Villon.

Je, François Villon est une bande dessinée en 3 tomes basée sur le livre de Jean Teulé, qui raconte la vie du poète médiéval, né d’un père pendu et d’une mère suppliciée, le jeune homme est confié à un moine qui le formera à l’écriture. Il délaisse se études pour partir à l’aventure, goûter à la vie. De par ses rencontres, le jeune homme va tuer une prostitué, faire violer une jeune noble et commettre moult larcins. Il devient célèbre pour sa poésie, mais aussi son mode de vie qui le fait connaitre les plus pauvres ainsi que les plus riches. Je résume ici, mais l’histoire est passionnante. Les trois tomes sont ordonnés en chapitres et introduits par des poèmes de François Villon. Ecrit par Jean Teulé, et dessiné par Luigi Critone qui illustre le Paris et la France du Moyen Age avec détails. J’ai dévoré les 3 livres.

Photo du Mois: Sauvage.

Sauvage, en voilà un beau thème. Cette photo a été prise au printemps dernier, en balade dans les collines autour de Manchester.

Allons voir les autres participants:
Akaieric, Alban, Alexinparis, Amartia, Angélique, Aude, Autour de Cia, BiGBuGS, Blogoth67, Brindille, Calamonique, Carole en Australie, Chat bleu, Chiffons and Co, Chloé, Christophe, Cécile, CécileP, Céline in Paris, Danièle.B, DelphineF, Dr. CaSo, E, El Padawan, Escribouillages, Estelle, Eurydice, Evasion Conseil, François le Niçois, Frédéric, Gilsoub, Gine, Giselle 43, J’habite à Waterford, Je suis partie voyager, Jess_TravelPicsAndTips, Josette, Josiane, Julie, Kellya, Kenza, KK-huète En Bretannie, Koalisa, Krn, La Fille de l’Air, La Tribu de Chacha, La World Coolture, Lair_co, Lau* des montagnes, Laurent Nicolas, Lavandine, Lavandine83, Lilousoleil, Luckasetmoi, Lyonelk, magda627, Mamysoren, MauriceMonAmour, Mirovinben, Morgane Byloos Photography, Nanouk, Natpiment, Nicky, Noz & ‘Lo, Pat, Paul Marguerite, Philae, Philisine Cave, Pichipichi Japon, Pilisi, Princessepepette, Renepaulhenry, Sous mon arbre, Tambour Major, The Beauty is in the Walking, Tuxana, Who cares?, Wolverine, Xoliv’, écri’turbulente.

Ciné Reviews: I, Daniel Blake.

I, Daniel Blake, un film signé Ken Loach, nous plonge dans les abysses du système d’aide au chômage du très libéral Royaume Uni gouverné par les Tories. On suit Daniel, qui après 40 ans de menuiserie se retrouve à l’arrêt suite à une attaque cardiaque. Les docteurs lui imposent le repos, mais l’état, via ses agences chargées de vérifier si les bénéficiaires de l’aide pour arrêt maladie, lui refuse cette fameuse aide. Sans le sous, il doit postuler pour l’aide pour le retour à l’emploi, or pour la toucher, il faut faire des recherches (35 heures par semaine)…  En parallèle, on suit le quotidien de Katie, une mère célibataire boutée par les logements sociaux hors de Londres jusqu’à Newcastle. Le film, militant, souligne le ridicule mais aussi le côté kafkaïen du système où tous est fait pour décourager les demandeurs d’aide, les plongeant dans la misère jusqu’à les mener à la rue. Le film est militant, vraiment, viscéralement anti-conservateur et ça fait du bien. Filmé comme un documentaire, on découvre le désastre des politiques de coupes budgétaires qui ciblent les plus pauvres avec la ‘bedroom tax’, les critères très stricts pour obtenir la moindre aide… Un film nécessaire. Dommage qu’il ne soit pas plus diffusé au Royaume Uni.

Ciné Review: Lego Batman Movie.

Lego Batman est une sorte de suite du premier film Lego. Batman est une superstar à Gotham, il est super fort, il réussi à attraper les méchants, et surtout Joker. Mais bon, il est seul sur son île privée, seul avec Alfred… Un peu aigri, il rêve d’une famille, en pleine crise existentielle. Le film est drôle, mais il traine en longueur par moment. Un bon moment, mais je préfère le premier film Lego qui était une réussite. Là, c’est un peu déçu que je suis sorti de la salle, même s’il y a de bons moments comme le passage en revue de tous les films et séries Batman ou encore les dialogues qui tournent au ridicule…

Ciné Reviews: Trainspotting 2 et Jackie.

Trainspotting 2, ou T2 pour les intimes, commence 20 ans après le premier épisode. Spud est toujours junkie, Mark Renton revient en Écosse après avoir vécu à Amsterdam, Sick Boy sort avec une russe et gère un pub on ne peut plus glauque qu’il rêve de transformer en bordel (on ne se refait pas) et Begbie est en prison… Tous en veulent à Renton pour s’être barré avec le pactole. Or on est 20 ans après mais rien n’est oublié. Le film joue habilement avec les flash-back. La musique joue un rôle moins central. Les acteurs sont excellents. A voir!

Jackie (Kennedy) suit l’ex première dame dans les jours qui suivirent l’assassinat de JFK à Dallas. On y voit une femme qui hésite entre  envie de marquer l’histoire et simple deuil. En fil rouge, il y a cette interview avec un journaliste avec qui elle dit tout, ou presque, mais insiste pour que rien ne soit publié. On voit aussi des images d’archives, dont la visite de la Maison Blanche. L’image est magnifique, les couleurs sont éclatantes. Natalie Portman est excellente, elle est d’ailleurs nominée aux Oscars pour ce rôle. Un superbe film signé Pablo Larrain.

Ciné Review: Lion.

Lion est un superbe film basé sur des faits réels. Un enfant, Saroo, veut suivre son frère partout, alors un soir, il l’accompagne sur son lieu de travail. Saroo est fatigué et s’endore. Quand il se réveille, son frère est introuvable mais se rendort dans un train…. Sauf qu’au petit matin, le train se met à bouger. Et c’est parti pour quelques jours seul dans un train. Le jeune garçon se retrouve seul dans Calcutta, perdu. Saroo, après quelques mois dans la rue, est déposé à la police qui le place dans un orphelinat pour adoption. C’est un couple de tasmaniens qui va l’adopter. 20 ans plus tard, Saroo est un jeune homme qui commence à se poser des questions. Avec Google Earth et une bonne mémoire, il veut retrouver d’où il vient, et surtout retrouver son frère et sa mère. Un superbe film, très émouvant. Dev Patel est excellent, l’acteur anglais confirme son talent. Nicole Kidman est très bien aussi. Le petit Saroo est merveilleux. Bref, c’est un beau film, avec des images magnifiques et une superbe bande son.

Related Posts with Thumbnails