Continuer à vivre.

french flag

S’il y a un enseignement après les attaques à Paris, c’est bien celui-ci, de continuer à vivre. Mais surtout de rester vigilant (comme le demande Patrick Pelloux) et d’éviter les amalgames. J’ai vu hier plusieurs blogs qui expliquaient que le pire serait de faire des amalgames (je vous conseille celui de Klaire et celui de Silver). Et je suis tout à fait d’accord avec ça. Faire des amalgames reviens à renforcer Daech et à le légitimer. Il faut lutter contre cette idéologie extrémiste mais il faut aussi se rappeler que l’immense majorité des musulmans vivent leur foi tranquillement. 

Pour résumer ce qui me traverse l’esprit, c’est que je trouve touchants tous ces messages de soutien aux Parisiens et plus généralement aux français. C’est magnifique, mais on peut remarquer le deux poids, deux mesures, puisque le Liban et le Kenya ont aussi subit des attaques ce week-end, sans que cela ne suscite plus d’émotion. Je vous partage aussi le dessin de Joann Sfar qui remercie l’immense vague de soutien. Mais je pense, comme lui, que toutes ces prières sont un peu déplacées quand on sait l’attachement que la France a vis-à-vis de la laïcité.
Dessin de Joann Sfar
Dessin de Joann Sfar

Donc continuer à vivre, à sortir, à boire, à aller au théâtre, cinéma ou concert, à aimer, à rire… bref être humain!

Le Cirque Plume: Tempus fugit?

2014-12-21 13.54.29

Juste avant Noël, je suis allé en famille voir le dernier spectacle du Cirque Plume à la Villette à Paris. J’ai immédiatement succombé à la magie et à la poésie du spectacle qui regroupe presque tous les arts du cirque. Entre clowns, acrobates et musiciens, tout y est pour un spectacle complet. La mise en scène est amusante et, comme je le disais plus haut, pleine de poésie. Jeux de voilages, de vents, de mots. En regardant une rediffusion du Cirque du Soleil sur Arte, c’est similaire. Un spectacle exigeant avec beaucoup moins de moyens que leurs cousins québécois à la tête d’une énorme machine. Là, on retrouve sous le chapiteau des artistes de partout en France (Franche Comté, Savoie…), mais aussi américain et québécois. Bref, un spectacle de virtuoses à voir.

Du côté de Montmatre.

Je vous emmène pour un petit tour touristique du côté de Montmatre. On a pris le funiculaire, je ne l’avais jamais pris. Mais, comme c’est géré par la RATP, c’était inclus dans le prix du passe Navigo. On a alors admiré la vue panoramique. Puis nous nous sommes dirigés vers la fameuse place du Tertre. On y trouve moult dessinateurs, caricaturistes et autres artistes peintres, encerclé de cafés. Puis, nous sommes partis en direction du musée Mallarmé, qui cache en son jardin des vignes à vin. Nous avons continué à descendre la rue ce qui nous a mené à la statue de Dalida, où les passants lui touchent les seins… paraitrait que ça porte bonheur! Et finalement, après une petite heure de balade, nous avons rejoint le métro. Une charmante balade.

Street art parisien.

Cela faisait longtemps que j’avais été faire un tour à Paris, muni de mon appareil photo et l’oeil ouvert sur l’inconnu! En promenade dans le quartier bohème de Montmartre, j’ai découvert de nombreuses oeuvres collées en hauteur. C’est qu’il faut savoir ouvrir son oeil et lever la tête. 

Le Père Lachaise: les tombes anonymes.

Après un article sur les tombes illustres, je me suis senti comme obligé de faire un article sur les autres, les nombreux autres qui hantent ce cimetière. Si beaucoup se ressemblent, quelques-unes sortent du lot. De la mégalomanie post-mortem, les statues glauques, des ajouts humoristiques, du high tech… Bref, il y en a pour tous les goûts, ou presque! Et puis aussi, il y a de quoi se balader à l’ombre des arbres sur les allées pavées.

Le Père Lachaise: deux tombes illustres.

En balade dans la capitale parisienne, en ce mois d’aout ensoleillé, nous nous sommes rendus dans ce cimetière connu mondialement et qui a inspiré tant d’autres cimetières… Si le cimetière est fort connu, c’est non seulement pour son caractère pittoresque, mais aussi pour ces illustres locataires. Parmi lesquels, Jim Morrisson, le chanteur des Doors, qui attire souvent les foules hippies, et Oscar Wilde, écrivain irlandais qui avait établi sa vie à Paris, et dont les admiratrices ne cessent d’embrasser le tombeau. Un tombeau très art nouveau qui tranche parfaitement avec l’ensemble des tombes qui l’entoure… J’ai connu cette sépulture sans protection et recouvert de rouge à lèvre. Depuis, le gouvernement irlandais a restauré le monument historique et l’a entouré d’une vitre. N’empêche certaines arrivent à embrasser le monument très haut.

Voyage dans le RER royal.

Joyeuse découverte dans les RER C surchauffés de la capitale où la SNCF, en action conjointe avec la direction du château de Versailles, cache la misère des rames de train datées où le confort laisse à désirer, a eu l’idée d’habiller les trains se rendant au Château de Versailles. Le dépaysement est réussi. Je n’avais que mon téléphone portable pour immortaliser le voyage, dommage, les photos ne sont pas d’une extrême qualité. Même si la température des voitures est très élevée, les auto-collants géants qui habillent le plafond et les parois représentant les statues des jardins, apportent un brin de fraicheur. L’idée est belle, je trouve, et permet de s’évader un peu le temps d’un voyage.

2013-07-26 17.44.092013-07-26 17.49.43 2013-07-26 17.50.40

Related Posts with Thumbnails