Country Boy Mine at Brekenridge, CO.

2006_0807_202915
Nous sommes partis pour être à Brekenridge à 13h. Le temps est hyper agréable, même s’il fait quelque peu frais dans ces hautes montagnes! Le trajet est magnifique, on aperçoit quelques glaciers au loin et on suit une piste cyclable sur le côté de la route. On arrive dans le coin des mines au milieu d’énormes tas de gravats, de roches et autres monticules de sable. L’allure de la mine ressemble à une mythique mine d’or, avec l’élévateur en bois bien usé par plus de 100 ans d’utilisation. La mine a ouvert ses portes en 1887 et a découvert l’équivalent de, restez assis, 400,000,000 $, oui 400 millions. Le prix de la visite est un peu cher (17,94 par personne). Avec Andrea nous n’étions pas sûr, à la fin de la visite, que ce prix soit vraiment honnête. Parce que la visite dure certes 45 minutes par 45°F (soit un petit 8°C, je crois), puis ensuite, on peut jouer aux chercheurs d’or dans le petit cours d’eau qui dévale la vallée.

En tout cas, on a appris des choses, comme qu’il y avait trois animaux qui peuplaient la mine: les ânes qui servaient à tracter les chariots, il passaient leur journée dans le noir, si bien qu’ils avaient peur du jour!, les rats, vous imaginez bien que nos braves mineurs du début du XX ème ne nettoyaient pas la mine quand les ânes faisaient leur besoin… alors les rats attirés par l’odeur ont commencés à peupler la mine. D’ailleurs, les hommes ont bénéficié de la présence des rats dans la mine parce que ceux-ci on un sens qui leur permet de fuir le danger… Et troisième catégorie d’animal à peupler la mine: les oiseaux qui rentraient par la faille et venaient se perdre dans les affres de la mine. Puis, Justin, le guide, nous a éteint les lumières pour qu’on se rende compte de ce que c’était de vivre dans la mine (d’y travailler du moins). A savoir que les gens qui y travaillaient étaient rémunérés à 2$ par jour! Ils ont aussi utilisés des enfants entre 5 et 10 ans pour qu’ils aillent dans les petits recoins.

2006_0807_2144152006_0807_213435

Andrea m’a ensuite proposé d’aller voir les maisons de chercheurs d’or, manque de pot, les musées sont aussi fermés le lundi! Alors on est retournés sur Silverthorne et j’ai été faire du shopping chez Gap et Tommy Hilfiger. 2 jeans, 1 veste et 2 T-shirts: 100$, soit quelques 80€. Après ça on est retourné à la maison et on a commencé à regarder la télé, c’était sordide. Un genre de « C’est mon choix » présenté par Dr Phill, pseudo-psy de son état. Il était en proie avec une famille dont la maman pesait 700 lbs, soit plus de 300 kg. Truc de barge. Toute la vie de la famille tournait autour d’elle, puisqu’elle ne pouvait pas se déplacer, elle criait pour qu’on lui apporte à boire, ou à manger… Et ses enfants, et son mari, obéissaient au doigt et l’oeil de maman obèse.

2006_0807_214515
2006_0807_214723

Nous sommes retournés à Boulder pour qu’Andrea aille régler quelques trucs avec Ian. Après quoi, Ian nous a invité à boire un mix chez Jamba Juice, si quelqu’un connaît, qu’il lève le doigt. Ce nom me dit quelque chose. A moins que ce soit le nom d’un serveur téléphonique allemand… J’ai choisi un jus mélangeant une banane et 3 pèches avec de la crème et des protéines ajoutées (c’est l’Amérique! Donc c’était soit protéines, soit glucoses, soit…). Puis, on est retournés sur Silverthorne. On a bien discuté dans la voiture. C’était une sorte d’entraînement pour ce qui nous attend jeudi, entre Denver et Camp Verde: 13h de route!!! Je crois que ce sera mon records en voiture. Mais on va se marrer!

Le soir, les parents étaient connectés à Fox News. En boucle sur le Liban et une histoire de mensonge à la justice (5 versions différentes). Bref, que du fun! Puis après CSI: Miami. Je n’aime pas trop le truc. J’accroche pas! Puis, dodo bien mérité!

Farmer Market at Vail, CO.

Ce matin, le menu du petit déjeuner c’est bagel. J’en ai choisi un avec de la cheesecream aux noix. J’ai quasiment englouti la chose, tellement c’était bon. En fait, on est allé chercher ces bagels dans une boulangerie d’un centre commercial de Silverthorne. L’occasion de me renseigner sur la réglementation américaine en vigueur par rapport au dimanche travaillé. Iam m’a dit que non, les gens qui travaillent le dimanche ne sont pas payé plus qu’un autre jour. Le dimanche c’est un jour comme un autre.

2006_0806_205441

Puis, Ian nous a quitté vers 1:00 PM, rejoindre Boulder. Et je suis parti avec Andrea et Betty jusqu’à Vail, CO. Le noms du patelin me disait quelque chose… Mais pourquoi, je n’aurais pas su dire. C’est une des plus grandes stations de ski du Colorado. On a donc fait 40 minutes de voiture sur les highways à travers monts et vallées (c’est le cas de le dire!). Et nous sommes arrivés à Vail pour visiter le Farmer Market. C’est, en fait, plus un marché d’artisanat plus qu’un marché de fermiers, même s’il y en avait. J’ai ainsi pu goûter à des sauces d’inspirations italiennes (pestos au parmesan), à des melon, des pêches… et aussi à du camembert produit dans l’Etat. Quand j’ai demandé au gars « Can I try the camembert, please? », il m’a répondu que j’étais un des rares du quoi qui sache prononcer le nom du fromage! Je lui ai fait observer que j’étais français! Du coup, gros sourire aux lèvres et double ration de camembert sur le toast. Et bien, bonne nouvelle, ce camembert est bon, j’en ai déjà goûté des plus dégueulasses. Il était juste un peu trop crémeux à mon goût… Mais, il était très bon, il avait bien le goût d’un bon camembert normand!

2006_0806_223925
2006_0806_224358

Nous sommes ensuite passés par le Sheraton de Vail pour que Betty récupère des points fidélités. Une dame nous a parlé pendant une bonne heure et demi des hôtels Sheraton et ceux associés, comme Le Méridien… La dame m’a demandé si je connaissais Le Méridien comme chaîne d’hôtel française. Ça ne me disait pas grand chose… Et je lui ai dis que non! Il fallait voir la tête qu’elle a tiré. Ensuite, en voyant où se trouvaient les hôtels Le Méridien (dans les endroits les plus chics de Paris), j’ai compris pourquoi je ne connaissais pas. En même temps, j’habite à 50 km de Paris, je vais pas m’amuser à séjourner dans un hôtel dans la capitale. Ensuite, elle nous a fait visiter une suite dans l’hôtel. Après quoi nous avons pu partir. Avec Andrea, on n’en pouvait plus!

2006_0806_224549
2006_0807_001024

Puis, nous sommes allés faire des courses au supermarché local. Tout est dedans, la pharmacie, la presse, les cartes de voeux, la nourriture, les produits hygiéniques, bref, rien de bien exceptionnel. C’est un supermarché, quoi!

Ensuite, nous sommes rentrés et Betty nous a fait des pommes de terre sautées au four dans une sauce épicée, avec du poulet et du maïs chaud. Nous avons dégusté le tout devant la télé… à l’américaine! Puis, HBO diffusait le très crétin Dodgeball avec Vince Vaughn et Ben Stiller. Une perle dans le genre. Moi j’adore Ben Stiller, alors j’ai aucun mal à rire aux crétineries de l’acteur dans ses films.

u

J’avais mon ordinateur sur les genoux et j’ai recherché sur Google Earth les étapes de notre périple vers San Diego. Voici la carte. A savoir, que nous irons premièrement vers Camp Verde (le 10-08) puis Surprise (le 11-08) dans la périphérie de Phoenix. Ensuite nous rejoindrons San Diego (le 12-08) et nous y resterons jusqu’au 19-08 pour aller à Los Angeles. Le 21-08, nous entamerons la remonter par Las Vegas ou nous resterons un jour (ou plutôt une nuit!) et le 22-08, nous serons à Denver, de retour!

Bluegrass & Beer Festival at Keystone, CO.

Je me suis réveillé une première fois, heure à laquelle j’ai posté la note d’hier et me suis recouché après avoir papoté via Hotmail. Je me suis re-réveillé vers 10h30, et j’ai allumé la télé dans ma chambre. J’ai ainsi pu découvrir toute la richesse du cable US. Rien ne m’a retenu l’esprit, à part Fox News, la chaîne de Bush. Je me suis vite lassé du ton guerrier des infos. J’ai re-zappé et je suis tombé sur Simple Life, avec mes meilleures amies: Paris Hilton et Nicole Richie. Dans cet épisode, elles étaient accueillies chacune dans une famille où elle devait se fondre dans la famille. En devenir un membre. Paris Hilton s’est retrouvé nez à nez avec une énorme bestiole de 3-4 cm, qu’elle décrira comme étant de 8 inches minimum! Elle a évacué l’insecte à l’aide d’un souffleur de jardin (le truc qui fait un max de bruit quand vient l’automne). Elle l’a poussé sur bien 10m, jusqu’à atteindre la porte d’entrée. Puis, elle a fait à mangé, pour toaster, rien de tel qu’une planche à repasser accompagnée de son fer!

Ensuite, comme il n’y avait rien d’autre, je me suis lavé puis direction la cuisine pour le petit déj. Ici, au pays de l’individualisme triomphant, Andrea m’avait prévenu que si je voulait quelque chose, il fallait que j’aille le chercher moi-même. C’est presque ce qui a failli arrivé, heureusement Betty, la maman, était là et m’a donné tout ce qui me fallait pour un bon petit déj (je n’ai mangé qu’une moitié du muffin).

P1010076

Puis, Ron, le papa, faisait démarrer sa moto. Andrea m’a proposé de faire un tour, et je me suis donc précipité parce que c’était la première fois que je me montait sur ce genre d’engin. Nous avons fait un tour (avec Ron) sur les routes locales. Des paysages superbes. A la fin, Andrea m’a pris en photo… Et alors, la sensation? Super agréable, c’est très stable et on sent bien le vent et la froidure.

P1010078

Nous avons ensuite fait un sit-in devant la télé. Puis, vers 1PM, on a pris la voiture pour rejoindre le festival de la Bluegrass et de la bière US à Keystone (lien). Le principe: montrer son I.D., se faire mettre un magnifique bracelet violet et faire la queue pour payer $25 et prendre son verre collector pour se présenter à chaque stand de brasserie pour déguster un verre de le bière. J’ai bu 14 verres: New Belgium, Left Hand, Hazed & Infused de la Boulder Beer Company… Bref, que de la bière américaine, et souvent c’était bon. Tout en dégustant les bière, on a mangé des pop-corns. Et nous nous sommes posés devant la scène centrale, où un groupe de bluegrass se préparer. Au début, je ne savait pas trop à quoi m’attendre sur le plan musical. Avec mes oreilles d’européen, non initiées, c’était de la bonne country bien agréable à écouter. Je demande à Andrea: « c’est quoi la différence entre la country et la bluegrass? » Réponse: « c’est le banjo! ». Comme ça, vous saurez que quand on vous propose de la country, et qu’il y a du banjo, c’est de la bluegrass. Au bout d’une bonne demi heure, j’avais envie d’aller aux toilettes. J’y vais, file d’attente assez longue. Je fais la queue, heureusement ça ne met pas trop longtemps, je vais faire mon pipi (et oui, 15 bières – 14+1 que Ian m’a fait goûté – ça pardonne pas côté vessie!). En revenant, je me suis senti partir, la sensation de marcher dans du coton, de voir et d’entendre flou… J’ai quand même eu la force de revenir jusqu’à ma chaise. Et là, Andrea et Ian me demande si ça va, je leur réponds que non, Andrea a couru chercher de l’eau et des pop corn, je boit l’eau en un shoot, elle y retourne et revient avec deux verres d’eau, je me suis senti revenir parmi les vivants. Il pleuvait dru. On a attendu que Ian finisse sa bière pour retourner à la voiture (et oui, pas le droit de consommer de l’alcool sur l’espace public). Je flashe pour un chapeau de cowboy à $20 = €16. Et direction la voiture puis, le lieu du pic-nique au bord du Dillon Lake (lac artificiel, avec un barrage au bout). Manque de pot; le beau temps n’étant pas au rendez-vous, chacun est retourné vers sa voiture pour rejoindre la maison des parents d’Andrea. Le truc c’est qu’Andrea a oublié ses clés dans la voiture en fermant les portes… Du coup, 20 minutes d’attente, que l’assistance arrive, dans la voiture de la maman d’Andrea.

De retour à la maison, on a mangé les sandwichs du pic-nique ainsi qu’une énorme tarte au citron. Puis, on a regardé Charlie and the Chocolate Factory version années 80. C’est pas une réussite, comparé à celui de Tim Burton. Dans ce film pour enfant, la trame du livre n’est même pas respectée et le film vire vite fait bien fait dans le niant-niant!
Puis, on a regardé The Big Lebowski (sous titré en français) des Coen Brothers. Un film que je n’avais pas encore vue mais qui est bien marrant, totalement barré. Avec des répliques d’anthologie!! Bref, si vous ne l’avez pas vu, louez-le, ou mieux achetez-le (lien). Vous ne le regretterai pas! Même en voyage je ne vous abandonne pas côté cinéma!!

Denver, son parc d'attraction, et les Rocheuses.

Avant-hier, nous sommes allés à Denver, à une bonne vingtaine de kilomètre de Boulder sous un ciel quelque peu menaçant!! Et oui, depuis que je suis arrivé, pas un jour n’est passé sans que je ne voie des gouttes tomber. Cependant, ce n’est pas catastrophique, puisqu’ici c’est un climat continental pur et dur avec un air extrêmement sec. Donc quelques gouttes n’ont jamais fait de malà personne!! Et puis, la pluie ne dure que 5-10 minutes à chaque fois.

2006_0803_221552

Bon, nous sommes donc partis vers le parc d’attraction de Denver: Six Flags – Elitchs Gardens. C’est un parc d’attraction qui a la franchise Looney Tunes. Donc il y a tous les héros de notre enfance: Taz, Batman, Les 4 Fantastiques, Titi & Grosminet… Bref, c’est un Disney version Looney. Ce n’est pas un parc familial au sens strict parce que les attractions sont assez violentes. Il y a quelques Roller Coasters bien marrants. Comme celui des 4 Fantastiques dans lequel ont est allongé… Vraiment bien! Il y a aussi une espèce de balançoire qui fait des looping à 360°. En fait, c’est un peu comme un fête foraine mais installée en dure dans le centre de Denver (allez voir sur Google Earth).
Il y a une autre partie du parc qui est consacrée à l’eau. Nous n’y sommes pas allés parce qu’il s’est mis à pleuvoir en trombe. Et la chaussée s’est retrouvée inondée. Impressionnant!

2006_0803_221431

Puis, en rentrant, nous sommes allés faire un tour chez Best Buy, le Planet Saturn local, parce que je voulais voir les prix de certains matériels informatiques (genre un disque dur de 160GB à $79).

Ensuite, nous sommes rentrés chez Ian pour essayer d’établir un bon plan de route pour rejoindre la Californie sans être trop déconnant sur les distances et en essayant d’établir des haltes intéressantes! Chose qui n’est pas trop compliquée, mais qui peut se révéler assez désastreuse quand on songe aux détours… Nous avons établit un plan avec pour point de chute le Tohe Lake, pas loin de Reno, NE et à une bonne centaine de miles de San Francisco…

Enfin, nous sommes partis vers Boulder Downtown pour manger dans un resto mexicain. Les américains raffolent de la bouffe mexicaine: Burritos, Enchilades, Tapas… Et comme je n’avais encore jamais bu de Margarita et bien Ian et Andrea m’en ont payé une. C’est bon, c’est doux, mais la dose de tequila devait être bien élevée. D’autant plus que je n’avait pas mangé depuis l’énorme Muffins du matin. Ce qui fait en France 2-3 bouchées en fait ici une bonne dizaine! A la fin c’est assez écoeurant! Revenons-en à la soirée, donc j’ai commencé à boire a jeun cette margarita à la fraise. Puis, vint le plat que j’avais choisi: des Enchilades de Carne. Succulent plat. J’ai adoré. Comme j’avais était le seul à boire quelque chose d’alcoolisé, Andrea et ses potes ont décidé d’aller au bar d’à côté. Il y a une terrasse bien sympa sur le toit de l’édifice. Ian m’a offert une bière, autant vous dire qu’en milieu de soirée, vers 20h, je planais gentiment. Au dessus de nos tête, il y avait des guirlandes électriques, à un moment je les ai vu tourner, c’est là que je me suis mis deux claques pour me ressaisir, chose qui a fonctionné. A partir de là, je me suis mis à parler politique française.

Nous nous sommes couchés à 23h, et avons dormis jusqu’à 9h du matin. Dès le lever, il fallait déménager la chambre parce que le bail de Ian était arrivé à son terme. Donc une bonne heure de rangements intensifs. Et puis, voilà les bagages étaient en voitures et je suis partis avec Andrea au Tea House de Boulder. C’est une maison de thé (comme son nom l’indique) construite par des ouvriers du Tadjikistan. J’y ai bu un thé noir torréfié par la maison accompagné d’un super gâteau au chocolat et nappé de « creme anglais ». Super bon! Mais comme d’habitude; c’est énorme pour mon petit estomac!
Ensuite nous avons fait une promenade digestive dans la rue piétonne de Boulder. C’était agréable, surtout qu’il faisait beau! Après quoi nous avons pris la route vers Silverthorne. Nous avons donc passé deux heures sur les énormes 4 voies américaines qui traversent de façon assez rectilignes les montagnes. Le truc qui semble le plus cool et qui pourrait expliquer pourquoi les américains ne sont pas stressés au volant, c’est la boite de vitesse automatique. Ainsi, la conduite est sans à-coup. Si je passerai le permis quelque part, ça serait bien là. Et puis, du coup, les conducteurs inventent des positions originales pour conduire… comme le pied sur la bouche d’aération à côté du volant. Et puis, il faut savoir que dans l’état du Colorado, on a le droit de téléphoner en conduisant.

Après ces deux heures de route nous sommes arrivé au bureau de la maman d’Andrea (elle tient une société d’assurance), où nous avons mis un point final à notre projet de voayge vers la côte Ouest. En fin de compte, Betty, la maman d’Andrea, a trouvé un hotel à San Diego, à 4 miles de la plage. Du coup, exit le Lac Tohe, et welcome to the mexican border. Nous y resterons une semaine et passerons 2 jours dans un Sheraton 4 étoiles de Los Angeles. La vie est dure!

Nous sommes ensuite rentré dans la maison d’Andrea, dont je vous proposerai la visite dans les prochains jours. Avec une énorme machine à laver, une énorme gazinière… Nous avons attendu Ian et sommes allés au resto Old Chicago où l’on déguste des pizzas, des pâtes et des sandwichs américains. Que du bonheur, j’ai pris une pizza (Hawaiian) de 6 parts sur les conseils du papa d’Andrea. Enorme, j’en a mangé que 3 parts, le reste on l’a ramené à la maison, parce qu’ici ce qui est payé est dû!
Ensuite, nous avons repris la route juste Ian, Andrea et moi vers une ville à côté. Nous avons écumé 3 bars! Le Erik’s, bar de joueurs vidéos, un karaoké où j’ai bu deux slots (deux verres cul sec) d’alcool allemand (d’après Ian qui y a vécu). Et enfin, ils ont tenté de me faire danser, mais non je suis pas un bon danseur et j’ai juste fait vite fait trois quatre pas… « If you don’t dance you must to drink more! » Sur ce, bonne nuit!

Visite de Boulder.

Hier, il faisait chaud: le soleil commençait reprendre ses droits. Malgré quelques nuages, la température est élevée et c’est bien agréable. L’atmosphère est très sèche.

Pour le petit déjeuner, Andrea m’a emmené dans une boulangerie pour déguster un « bagel », sorte de pain juif. D’allure ça ressemble énormément aux petits pains français, mais à la dégustation on se rend vite compte qu’un seul petit pain cale bien pour la matinée. J’ai pris une « bagel with grain » Avec ce petit pain, on choisi un parfum à tartiner dessus, en plus d’une bonne pièce de beurre. J’ai pris le parfum érable. Excellent!

2006_0802_204434

Ensuite nous avons pris la direction du supermarché Target. Vous visualisez les grands Carrefour, et bien, vous multipliez par deux et vous avez un petit supermarché!! Et comme c’est une peu le désert, l’ensemble des locaux sont refroidis. A tel point qu’il en fait presque froid! Les fruits sont arrosés régulièrement un système automatique de tuyaux.
Puis, direction en voiture à deux cent mètres plus loin, un magasin de ventre en gros réservé aux détenteurs d’une carte. Là aussi il faisait froid. A la caisse il y avait un gros type qui manipulait bien le talky walky et qui semblait être manager de l’endroit. Il faisait pressé ses caissiers… Un vrai travail à la chaîne.

Nous sommes rentrés à l’appartement et avons concocté des sandwichs. Et Andrea m’a fait visité le campus de Boulder. Un immense complexe de plusieurs énormes bâtiments comportant une clinique privée au style architectural faisant penser à la renaissance italienne. Ça me fait penser à Disney, tout est toc. Quand on rentre dans les bâtiments, c’est comme dans les fac française avec de longs couloirs, seulement les locaux sont climatisés. Puis, direction le terrain de base-ball. Énorme avec des gradins gigantesques. Allez voir sur Google Earth, puis tapez Boulder, CO et approchez-vous. Vous verrez apparaître le terrain marqué COLORADO.

Nous sommes retournés vers l’appartement, et nous avons récupérés les sandwich pour nous rendre en voiture, direction la montagne. Nous avons grimpé et sommes arrivés à une aire de pic-nique surplombant la ville. Superbe.

2006_0802_204353

Après ce déjeuner, nous sommes redescendus vers la plaine. Plus précisément vers l’usine de la première marque de thé américain: Celestial Seasonings. Plutôt intéressante comme visite. J’ai, par exemple, appris ce que les américains buvait comme thé: un thé aux herbes et fleurs. C’est plus des infusions genre verveine-menthe que du thé même s’ils fabriquent aussi du thé noir, blanc et vert. Sortis de là, il faisait toujours un peu plus chaud. Vive la clim!

De retour à l’appartement, nous avons commencé à préparer notre voyage en Californie. En fait c’est super loin. D’une traite il faudra 15h de route pour relier Palm Spring (un appartement nous attend) à quelques miles de Los Angeles. Du coup on va faire plusieurs halte: Albuquerque, NM, puis Tusayan, AZ (à quelques miles du Grand Canyon) ensuite Palm Spring. Et pour le retour, la semaine suivante: Las Vegas, vers Denver. Reste plus qu’à croiser les doigts pour trouver des hotels à chaque étape. Chose qui devrait être facile.

Ian est rentré et nous a préparé un tofu en sauce indienne et coconuts avec des brocolis. Très bon, même si j’appréhendais pas mal le truc. Et ensuite, on a pris la voiture vers Downtown pour se rendre dans des bars. Dans le premier, j’ai bu une Corona et dans le Irish Pub local j’ai bu une bière irlandaise. L’anecdote, c ‘est qu’on a fait un aller-retour gratuit parce que j’avais oublié mon ID (carte d’identité)… Grave erreur: aux États-Unis on ne peut pas rentrer comme ça est boire de l’alcool librement. Il faut que la date de naissance colle jour pour jour avec les 21 ans!!!

Je suis arrivé!!

Je vais tenter de vous faire le récit de mon voyage vers Denver. Ici, il est 7:04 du matin. Et je viens de me réveiller. Je profite que ma pote Andrea soit partie faire son jogging pour vous écrire.

Mardi 2 août je me suis levé à 6:30, petit déj… J’ai pris le bus à 7:30, le chauffeur, sympa, n’a pas attendu que j’ai posé mon gros sac de 16 kg pour redémarrer. Et en plus il pleut dru! C’est vous dire que je suis content de quitter la France pour ce mois d’août. Je prends le train à 8:00 et arrive à Gare de Lyon 25 minutes plus tard. Je me dirige vers le RER A pour rejoindre Chatelet les Halles et son RER B. Je ne m’attendais pas à ce qu’il y ait tant de monde… Le quai était blindé mais les RER circulaient. J’arrive tant bien que mal à Chatelet et rejoint le quai du RER B. Manque de pot, un rail s’était cassé et il y avait entre 30 minutes et 1h d’attente. Là je commençais à stresser! En fait il suffisait juste de quitter Chatelet ce qui fut fait 20 minutes plus tard. Le train se mit à rouler vite vers l’aéroport Roissy Charles De Gaulle. Là bas j’ai pris la navette qui relie les termineaux entre eux.

Je tombe pile poil devant le guichet d’Air Canada, pour enregistrer mes bagages. Je commence à me renseigner sur le processus à suivre une fois arrivé à Toronto. Puis, je passe le contrôle, subit une fouille parce que leur détecteur de métaux a deconné (j’avais enlevé ceinture et chaussures).

Puis je me dirige à l’autre bout de l’aéroport pour attendre mon avion qui a bel et bien décollé avec 20 minutes de retard, il était donc 11:50. Et c’est parti pour quelques 8h de vols. A côté de moi, il y avait gars avec qui j’ai papoté. Il était canadien. Donc échange de culture! Et de l’autre côté il y avait le hublot. On a mangé une fois l’avion stabilisé à bonne hauteur, au dessus des nuages. Donc 8 h de soleil avec repas toutes les deux heures, environ. Ils ont diffusé deux films (L’age de glace et King Kong version censurée).

On est arrivé à Toronto avec 10 minutes d’avance. Ils ont juste eu un problème avec la porte qui ne voulait pas rester ouverte. Une fois le problème résolu, et bah, bain de chaleur. Dans le tube qui relie l’avion à l’aéroport il devait bien friser les 40 degrès. Puis, passage par la douane canadienne et j’ai rejoint le terminal deux uniquement réservé aux vols vers les Etats-Unis par bus sous un soleil de plomb (facilement 45°C). En quelque sorte, une enclave américaine au Canada. Il fallait récupérer les bagages pour la douane, puis passer par la douane et établir l’exemption de visa (il a pris mes empreintes et a photographié mes pupilles) quelques secondes plus tards et quelques questions intrusives plus tards (where are you going, for what…), j’étais sur le sol US, si on peut dire. Là les gars de l’aéroports étaient surper sympas avec le sourire aux lèvres genre « Hello, How are you? » Bon acceuil. J’ai ensuite attendu 2h dans la salle d’attente climatisé avec pleins d’enfants dedans qui couraient partout, qui criaient…. Cool… Je suis monté dans l’avion vers 17h et l’avion n’a pas décollé à l’heure parce que les bagages n’étaient pas encore chargés….! D’ailleurs, signe d’une température extrème, les bouches d’aération de l’avion crachaient une fumée blanche (genre en plein hiver par moins 20).
M’enfin, un petit somme s’est imposé pendant le vol interrompu par un gars qui voulait que j’échange avec sa fille, heureusement elle avait une place en or: derrière l’aile côté fenêtre. Cool la vie!

Arrivée à Denver dans les temps après quelques 3h de vols. Et vous savez quoi, et ben il pleuvait!!! J’ai un peu attendu à Denver qu’Andrea et Ian (son copain) arrivent. Chose faite 10 minutes après avoir récupéré mon sac. D’ailleurs, l’aéroport de Denver est étrange. Il y a un train qui relie les 4 terminaux.

Une fois Andrea retrouvée, direction Boulder via la route dans la voiture hybride de Ian. Arrivé chez eux, les colocataires faisaient un barbecue, donc hamburger et chips mex. Couché vers 23h… Soit 7h du matin en France!!

Related Posts with Thumbnails