Ciné Review: Valerian and the City of a Thousand Planets.

Alors nanard ou réussite, ce dernier Luc Besson. On le sait, Besson aime la science fiction et le made in France. On avait déjà eu un élément de réponse avec le Cinquième Eléments, mais rien de si poussé. Mais reprenons depuis le début. Valerian et Laureline, deux soldats en charge de la sécurité dans l’univers intersidéral, voyageant à la vitesse de la lumière se voient confier une mission dans Alpha, la fameuse cité des milles planètes… Le centre de cette ville est contaminé par une substance radio-active et des êtres inconnus font leur apparition. Bref, un espèce de gloubiglouba de science fiction des années 70 à la sauce Besson années 2017. Or moi, la sauce Besson, ça va deux minutes mais sur 2 heures, c’est dur. Certes l’esthétique est impressionnante, mais ça ne fait pas un film. Parce que les dialogues sont creux et sonnent faux. Les blagues tombent à plat. Et puis le choix des acteurs me semble vraiment étrange (Dane Dehaan, Cara Delavigne…) Je me suis ennuyé ferme. Donc je penche pour le nanard.

Photo du Mois: Effet Gyroscopique.

J’ai pris le sujet au pied de la lettre. J’ai donc attendu la nuit et mis mon appareil photo en pose longue… et j’ai tourné sur moi-même. Voilà la photo façon étoiles filantes:Akaieric, Alban, Alexinparis, Amartia, Aude, BiGBuGS, Blogoth67, Brindille, Cara, Chiffons and Co, Christophe, Cricriyom from Paris, CécileP, Céline in Paris, Danièle.B, DelphineF, El Padawan, Escribouillages, François le Niçois, Frédéric, Gilsoub, Gine, Giselle 43, J’habite à Waterford, Josiane, Kellya, Krn, La Fille de l’Air, La Tribu de Chacha, Lau* des montagnes, Laurent Nicolas, Lavandine, Lavandine83, Lilousoleil, Lyonelk, magda627, Magouille, Mamysoren, Mirovinben, Morgane Byloos Photography, Nicky, Pat, Philae, Philisine Cave, Pilisi, Renepaulhenry, Shandara, Sous mon arbre, Tambour Major, Xoliv’, écri’turbulente.

Ciné Reviews: War for the Planet of the Apes et Dunkirk.

La Guerre pour la Planète des Singes est une expérience singulière dans le monde des grands singes (apes comme on les appelle en anglais). En effet, le film suit le destin de Ceasar, le chimpanzé que l’on suit depuis le début de la saga. Les singes ont maintenant pour rivaux une guerrilla d’hommes mené par le Colonel. Animé par un esprit de revanche, Caesar va tout faire pour retrouver le Colonel (qui, SPOILER ALERT, a tué les enfants de Ceasar). Cette fois-ci, tout est filmé du point de vue des singes qui se battent pour exister. Si l’histoire est assez prévisible, le fait que le film soit presque muet en fait un objet à part. Les singes communiquent par signes, seuls quelques uns parlent, et les hommes sont affectés par un mal nouveau qui les rends muets. Bref, je recommande ce film, le dernier de la saga. Belle conclusion.

Dunkerke, ville du nord de la France. Réalisé par Christopher Nolan, le film est découpé en trois chapitres qui se mêlent, mais il faut y faire attention pour comprendre ce qui se passe. Ainsi, la plage où les britanniques font la queue en attendant un sauvetage, la mer où des particuliers viennent porter secours avec leurs bateaux, en enfin, les airs où les avions de la RAF mènent une bataille contre les avions nazis. Si on ne voit pas les ennemis, on les sent. À mon goût, il s’agit du meilleur film de Nolan, qui nous livre une expérience immersive dans l’enfer de cet épisode de la Seconde Guerre Mondiale. Alors, si le film se focalise sur les Britanniques, laissant de côté les Français, Belges et autre Hollandais, on peut quand même apprécier le long métrage. Je disais plus haut une expérience immersive, et pour cause, la caméra suit au plus près les personnages, la musique, sorte de symphonie oppressante, monte crescendo. Bref, un film à voir même si c’est très britannico-britannique.

Le photo du mois: Provocation.

J’ai cherché et puis hier soir, en plein déménagement, j’ai trouvé! Belinda Scandal, c’est de la provocation. Notre drag queen préférée, elle enchaine les blagues plus que douteuses entre imitations délirantes de Susan Boyle (comme sur la photo), Tina Turner ou encore Whitney Houston à travers les ages.

Akaieric, Alban, Alexinparis, Amartia, Aude, Autour de Cia, BiGBuGS, Blogoth67, Brindille, Cara, Carole en Australie, Chat bleu, Chiffons and Co, Christophe, CécileP, Céline in Paris, Danièle.B, DelphineF, El Padawan, Escribouillages, Eurydice, Evasion Conseil, François le Niçois, Frédéric, Gilsoub, Gine, Giselle 43, J’habite à Waterford, Jess_TravelPicsAndTips, Josiane, Kellya, Krn, La Fille de l’Air, La Tribu de Chacha, Laurent Nicolas, Lavandine, Lavandine83, Lilousoleil, Lyonelk, magda627, Magouille, Mamysoren, Mirovinben, Morgane Byloos Photography, Natpiment, Nicky, Philae, Philisine Cave, Renepaulhenry, Shandara, Sous mon arbre, Tambour Major, Ventsetvoyages, Xoliv’, écri’turbulente.

Ciné Review: Spider-Man Homecoming.

Spider-Man revient et c’est une bonne nouvelle. Premièrement, le film commence alors que le jeune Peter Parker est en route pour Berlin où il va s’entrainer avec les Avengers. Donc on ne s’enquiquine pas avec la piqure et puis la vie de famille qu’on a vu et revu dans les deux dernières moutures. Bref, donc ce jeune homme filme et rencontre Tony Stark. Et puis retour à New York, où Tony semble se contrefaire de ce que Peter fait. Alors Peter, aka Spider-Man, s’occupe tant bien que mal à aider les petites vieilles ou récupérer un vélo volé. Le film emprunte le ton de Deadpool avec des blagues à la pelle. Tout est bien plus cool dans cette version. On se marre bien. Et puis l’action est au rendez-vous. Cette critique ne serai complète si je n’évoquais pas Tom Holland, qui dès les premiers plans dévoile ses tablettes de chocolat. C’est un film vraiment bien foutu. J’aime la direction dans laquelle va Marvel. Fini les films de super-héros sérieux, vive les films à la cool!

Ciné Review: Baby Driver.

Baby Driver, c’est l’histoire de Baby, un conducteur de voiture qui conduit tellement vite et bien qu’il est payé pour conduire des cambrioleurs de banques. Donc, ce jeune homme (campé par l’excellent Ansel Elgort) conduit et il écoute de la musique, une musique rythmée sur les actions de la bagnole. Mais Baby ne fait pas ce boulot de gaieté de coeur, il est à la merci d’un boss (joué par le non moins excellent Kevin Spacey). Je ne vous raconte pas la suite, mais ca part vite en vrille! Le film joue entre l’action et la comédie. Baby a plus d’une flèche à son arc, il conduit, il mixe… C’est vraiment un bon film que j’aimerai bien revoir, tellement il est réjouissant!

Ciné Review: Ma vie de Courgette.

Ma vie de Courgette est un film d’animation réalisé par Claude Barras avec Céline Sciamma au scénario. Le film raconte l’histoire d’un petit garçon de 10 ans qui préfère qu’on l’appelle Courgette. Suite à un évènement malencontreux, Courgette est envoyé dans un orphelinat et Raymond, le policier prend des nouvelles régulièrement. Et puis avec ses nouveaux amis, Courgette reprend goût à la vie… Durant les 66 minutes que durent ce film, on rie et on pleure, c’est magnifiquement réalisé en stop-motion. Et les sujets graves qui y sont traités (la mort, l’amour, les violences…) sont vus sous l’angle d’un garçon de 10 ans, alors ça reste léger. J’ai vraiment adoré ce film, et je le recommande.

Pour celles et ceux qui habitent à Manchester, il passe à Home Cinema.

Related Posts with Thumbnails