Ciné Review: Valerian and the City of a Thousand Planets.

Alors nanard ou réussite, ce dernier Luc Besson. On le sait, Besson aime la science fiction et le made in France. On avait déjà eu un élément de réponse avec le Cinquième Eléments, mais rien de si poussé. Mais reprenons depuis le début. Valerian et Laureline, deux soldats en charge de la sécurité dans l’univers intersidéral, voyageant à la vitesse de la lumière se voient confier une mission dans Alpha, la fameuse cité des milles planètes… Le centre de cette ville est contaminé par une substance radio-active et des êtres inconnus font leur apparition. Bref, un espèce de gloubiglouba de science fiction des années 70 à la sauce Besson années 2017. Or moi, la sauce Besson, ça va deux minutes mais sur 2 heures, c’est dur. Certes l’esthétique est impressionnante, mais ça ne fait pas un film. Parce que les dialogues sont creux et sonnent faux. Les blagues tombent à plat. Et puis le choix des acteurs me semble vraiment étrange (Dane Dehaan, Cara Delavigne…) Je me suis ennuyé ferme. Donc je penche pour le nanard.

Related Posts with Thumbnails

Laisser un commentaire