Ciné Review: The Infiltrator.

bryan-cranston-in-the-infiltratorThe Infiltrator, c’est l’histoire de la traque du cartel de Medelin par des policiers de Floride. A l’un d’eux lui vient l’idée de tracer l’argent plutôt que la drogue elle-même. Il va alors rentrer dans la peau d’un courtier qui place l’argent et le blanchit. Il rentre dans ce rôle, ce qui dépasse le cadre professionnel, faisant jouer de l’aile son couple après une altercation dans un restaurant. L’objectif est de faire tomber le cartel ainsi qu’une banque internationale qui blanchit à tout va. Le policier en question est campé par l’excellent Bryan Cranston (Breaking Bad). S’il n’y a pas beaucoup d’action dans ce film, c’est plus un drame basé sur des faits réels. L’image est magnifique, on retombe dans les années 80, entre la Floride, la Colombie et Paris. J’ai beaucoup aimé. 

Mes parents l’ont vu Festival du Film Américain de Deauville.

Trek dans la jungle.

Une des raisons de se rendre à Chiang Mai, c’est que la montagne n’est pas loin. Et c’est le point de départ de randos. Il y a une bonne vingtaine d’agences de voyage qui proposent des treks dans la jungle. Alors là il y a de tout. Du basique avec balade en éléphant, et ça j’étais pas trop pour, pour ne pas dire contre, à l’éthique qui propose juste de voir des éléphants. Mais même parmi celles qui se targuent d’éthique, il est possible de trouver une arnaque et ça nous est arrivé. On s’est retrouvé à avoir à monter sur un éléphant. J’avais tellement honte de faire souffrir ce pauvre animal sauvage inutilement que j’en ai pas parlé. J’en ai toujours honte. Ce fut la première étape de notre voyage dans la forêt, la suite fut beaucoup plus sympa, même si notre guide n’étais pas spécialement attentif et qu’on s’est retrouvé à devoir courir après lui dans la moiteur… Hormis ça, on a rencontré un couple de français avec qui nous sommes devenus amis. Et les randos à travers les rizières offraient de superbes vues. De plus nous sommes restés dans un gite avec vue sur la montagne, la vue était incroyable.

Morale de l’histoire, les treks depuis Chiang Mai valent le coup, mais attention au green washing!

Ciné Review: Hell Or High Water.

hell-or-high-waterHell or high water (en français Comancheria) est un western moderne racontant l’histoire parallèle de deux frères braqueurs de banques parce qu’accablés financièrement et de deux flics qui enquêtent calmement. On est au Texas, la crise est passée par là, sur chaque morceau de terre, il y a des panneaux indiquant qu’elle a été saisie par une banque. C’est ce qui est sur le point d’arriver aux deux frères dont l’un d’eux vient de sortir de prison. A la suite de la mort de leur mère, la banque leur demande de payer pour garder le ranch. Il faut dire qu’ils vivent sur du pétrole, ça pompe dur autour de chez eux. Du côté des flics, il y a le vieux qui est le point de partir à la retraite (excellent Jeff Bridges) et son collègue comanche qui digère les blagues du collègue de façon on ne peut plus stoïque. Comme je le disais plus haut, c’est un western moderne, tout le monde a un flingue, on est au Texas. Le film emprunte à la série B, mais prend de la hauteur par la réalisation particulièrement soignée, les paysages sont absolument magnifiques (j’ai eu envie de prendre mon billet pour le Texas!). Le film a été écrit par le même scénariste de l’excellent Sicario. Bref, un film à voir! Courrez!

Mes parents l’ont vu à Deauville, ils ont aimé!

Escapade à Chiang Mai.

Après Bangkok, nous sommes allés à Chiang Mai, dans le nord du pays. La bonne idée que j’ai eu, c’est de chercher un hotel dans une zone peu touristique (Santitham Road), et en fait, on s’est retrouvé dans une zone très Thai, on était les seuls occidentaux à la ronde. C’était super. On mangeait super bien pour pas cher, comme je l’ai dit précédemment, et la vieille ville n’était qu’à une vingtaine de minutes à pied. Chiang Mai est une ville qui se laisse découvrir. Beaucoup la décrive comme un joyaux du nord, je dirais plus que les nombreux temples rendent cette ville magnifique, mais hormis cela, c’est une ville assez normale. Par contre, les temples sont superbes, il y en a une bonne dizaine dans le centre ville. L’un d’entre eux propose des sessions de conversation avec un moine bouddhiste. Nous y avons participé, on a parlé avec un jeune moine de 18 ans qui parlait un très bon anglais. On lui a demandé quelles activités il pouvait faire dans son temps libre, il nous a répondu qu’il pouvait regarder le foot, écouter de la musique, mais il n’a pas le droit d’y participer. Il nous a confié qu’il adorait Adele. Il faut savoir que les jeunes hommes qui décident de devenir moine peuvent commencer à 7 ans, notre moine nous a dit qu’il avait rejoint les ordres à 14 ans. Les temples sont des merveilles dorées, ornementées, sculptées…

En dehors des temples, Chiang Mai est connu pour ses nombreux centres de massages. Et pour pas très cher, on peut se faire masser traditionnellement pendant une heure de la pointe des pieds aux cheveux. Quand je dis pas cher, c’est 3 euros. Donc, c’est à faire! 

Et puis Chiang Mai est la porte pour les montagnes alors il y a une bonne vingtaine d’agences qui proposent des treks dans la jungle. Je vous en dirai plus la prochaine fois! Je vous parlerai aussi de mon cours de cuisine!

Photo du mois: La dentelle.

Ce mois-ci, ma prestation fut rapidement choisi parmi mes photos, elle a été prise en Novembre dernier, du côté de chez nous, dans une station de train un dimanche matin bruineux après une nuit bien arrosée! Je me souviens avoir été surpris par la délicatesse de cette dentelle ainsi accrochée aux branches, mais fragilisée par la pluie!

2015-11-01-12-21-21

Akaieric, Alban, Alexinparis, Angélique, Aude, Autour de Cia, BiGBuGS, Blogoth67, Brindille, Calamonique, Carole en Australie, Champagne, Chat bleu, Chiffons and Co, Christophe, Claire’s Blog, Cocazzz, Cricriyom from Paris, Cécile, CécileP, Céline in Paris, Danièle.B, DelphineF, Dom-Aufildesvues, E, El Padawan, Escribouillages, Estelle, Eurydice, Evasion Conseil, François le Niçois, Frédéric, Gilsoub, Giselle 43, J’habite à Waterford, Je suis partie voyager, Josette, Josiane, Kenza, KK-huète En Bretannie, Koalisa, Krn, La Fille de l’Air, La Tribu de Chacha, Lau* des montagnes, Laurent Nicolas, Lavandine, Lavandine83, Lilou Soleillant, magda627, Mamysoren, Mirovinben, Morgane Byloos Photography, Nanouk, Nicky, Noz & ‘Lo, Paul Marguerite, Philae, Philisine Cave, Pilisi, Renepaulhenry, Rythme Indigo, Sinuaisons, Sous mon arbre, Tambour Major, Testinaute, The Beauty is in the Walking, Tuxana, Woocares, Xoliv\’, écri’turbulente.

Streetfood en Thailande.

Je vous l’avais promis alors voici l’article sur la streetfood thaï. Une chose est sure c’est que les thaïlandais aiment manger et ils savent faire à manger… dans la rue. D’après ce que j’ai compris, les thaïs n’aiment pas manger chez eux, alors ils prennent leur scooters et direction les rues. Quand on sort des zones touristiques, il est facile de manger pour vraiment pas cher (entre 1 et 2 euros pour un plat conséquent) et c’est absolument délicieux. Ce qui est encore mieux c’est de commander sans vraiment savoir ce que c’est et que le vendeur ne parle pas vraiment anglais, alors ce qui arrive sur la table est un mystère. Donc il faut éviter les attrapes touristes et partir à l’aventure. De plus, les glaçons sont sûrs, j’ai bu beaucoup d’eau avec des glaçons et aucun problème gastrique. Ce qui est rassurant c’est les troquets qui préparent les plats devant nous.

À Bangkok, il y a le choix: on trouve des vendeurs dans toutes les rues, la viande grille, ça sent le barbecue, c’est magnifique! Le soir, il faut allez à Sukhumvit Soi 38, une allée couverte bordée de vendeurs. Et au milieu une food court où les serveurs apportent ce qu’ils viennent de cuisiner. L’endroit est assez authentique, beaucoup de Thaïs s’y rendent. Dans la journée, Chinatown est une belle balade.

À Chiang Mai (dans le nord), il faut éviter absolument le Night Bazaar, comme son nom l’indique, c’est un attrape touriste sans intérêt. La spécialité locale c’est les barbecues, c’est remplit de Thaï et ça a l’air bon, on n’a pas testé, on s’en est rendu compte à la fin de notre séjour. On a par contre beaucoup apprécié les petites remorques dans le nord de la ville (Santitham Road, Hussadhisawee Road), des soupes, du Pad Thai, des grillades… Chacun sa spécialité. On mange au bord de la route, les mobylettes s’arrêtent et commandent avant de repartir.

Par contre GROSSE déception dans les îles, en particulier Koh Phi Phi. Très, voire trop touristique, c’est plus des restaurants avec des plats occidentaux… Quand à la cuisine locale, c’est du poisson, forcément, mais on nous a dit et re-dit de ne pas en manger, sachant que le poisson n’est pas spécialement frais (les ventes de poisson se font dans la rue, des sacs en plastique remplis). 

Pour conclure, je vous laisse avec regarder les photos, si ça ne vous donne pas envie de voyager, je ne sais pas ce qu’il vous faut! 😉

Ciné Reviews: Sausage Party et Julieta.

sausage partySausage Party est un film d’animation pour adulte co-écrit par Seth Rogen. Imaginez, un supermarché avec des aliments de toutes sortes qui rêvent d’être sélectionnés par les dieux. Ces dieux sont les humains qui font leurs courses. Parmi les aliments, Frank, une saucisse de Francfort, amoureux de Brenda, un pain de hot dog, ne rêvent que d’une chose: être sélectionnés par les dieux et partir ensemble pour enfin faire l’amour. Or un pot de moutarde revient de l’au-delà et est sous le choc, les dieux ne sont pas ce qu’on croit. Alors par une drôle de carambole, Frank va explorer la vérité de l’au-delà. Au niveau des voix originales on retrouve Seth Rogen, Kristen Wiig, Edward Norton… Le film utilise un langage vulgaire et joue avec les expressions liés aux aliments (les crakers pour désigner les blancs, les fruits pour désigner les gays, le bagel juif…), ce qui marche beaucoup en anglais, jouant sur le racisme et l’imbécilité de ces expressions, mais le propos du film va plus loin, il prône un athéisme bienvenu en ces temps de crispation identitaires. C’est assez nouveau pour Holywood. 

julietaJulieta est le dernier film de Pedro Almodovar. Le réalisateur espagnole revient à ces sources avec une histoire de femmes fortes. Julieta s’apprête à partir de Madrid, mais c’est alors qu’elle tombe sur une vieille connaissance qui lui dit qu’elle a vu sa fille à Madrid. La fille de Julieta qui est parti sans laisser trace quatorze ans auparavant. Les projets de départ s’arrête et Julieta se met à écrire ses mémoires, comment elle a rencontré le père de sa fille, comment elle a grandit… et le mystère de son départ. Le film est surprenant, émouvant et merveilleux. Ce n’est pas le meilleur Almodovar, mais c’est bien mieux que So Excited.

Related Posts with Thumbnails