Douce vigne.

Street art en Avignon.

Mes yeux se sont principalement portés sur les collages dans la ville papale. Donc voilà, voici, trois collages qui m’ont bien plu.

Ginette et Marcel, restaurant de tartines en Avignon.

Mon amie avignonnaise m’a fait découvrir un petit restaurant assez couru et relativement bon marché. On n’attrape pas les mouches avec du vinaigre, la liste des tartines donne un large choix et bien que fort simples, les plats sont délicieux. Accompagnés d’une salade et d’un bon vin (Côte du Ventou en ce qui nous a concerné), on se régale. J’ai pris une tartine de paté de canard et cornichons, mes amies ont opté pour du Brie de Meaux et cerneaux de noix. Simples, je vous le disais, mais forts efficaces. La terrasse était bondée en cette période de festival. Pour finir, nous nous sommes laissé tenté par les tartes, autre spécialité de Ginette et Marcel. Tiramisu en bocaux pour l’une, tarte au citron pour l’autre et tarte aux framboises pour moi. Dé-li-cieux! Donc, en somme, une très bonne adresse à noter et conserver en cas de déplacement en Avignon. Voici l’adresse: 25 place des Corps Saints, 84000 Avignon.

Olivier & compagno, le jardin en pot.

Petit cinémagraph de la semaine avec cette petite bise estival qui vient gentiment bousculer l’étiquette de cet olivier, laissant les autres plantes impassibles. Un havre de fraicheur en cette période estivale où le soleil a finalement décidé de se montrer.

Avignon, ses papes et son pont.

Ancienne cité papale, Avignon est fort connue pour son célèbre pont. La ville recèle de bien des monuments, la plupart d’entre eux, les plus impressionnants sont montés sur un rocher qui domine la ville et les environs. Avignon fut d’abord construite en haut de ce rocher des Doms. Cité des papes, la ville s’est fortement développée avec le Moyen Age où huit papes se succédèrent entre 1309 et 1423. Une période assez trouble pour la chrétienté où deux papes s’affrontent chacun prétendant régner sur les catholiques. Bref, la ville a conservé tous ses édifices, le haut du Rocher des Doms est un jardin public où les avignonnais et les touristes se baladent, quand le mistral ne souffle pas trop fort. De là haut, on a une belle vue sur le fameux pont d’Avignon. Un pont qui enjambe à moitié le Rhone, la visite est payante, autant vous dire que je n’y ai pas dansé!

Festival d’Avignon: Impro A Chaud et Dracula Mon Histoire

C’était ma première fois au Festival d’Avignon. Et quelle bonne idée! Des pièces de qualité (certe variable) mais pour un coût fort peu onéreux. Bénéficiant du tarif étudiant pour quelques mois encore, j’ai profité de places située entre 11 et 12 euros (contre 16 et 17 euros plein tarif). Donc ça valait le coup! Voici le détail des trois pièces que je suis allé voir. Le choix n’est pas évident, il y a 1 161 spectacles répartis dans 104 théâtres. Mais bouche à oreille, aventure et contrainte horaire aident chacun leur tour à faire nos choix!

Bouche à oreille. Mardi dernier, 22h: Impro A Chaud au Théâtre de l’Observance. Il s’agit d’une troupe d’impro dont trois acteurs se produisent à tour de role tous les soirs. Avant le spectacle, les spectateurs sont invités à écrire un titre de pièce qu’ils aimeraient bien voir et le dépose dans une boite. Les comédiens vont tirer au sort des titres et après une dizaine de secondes de réflexion, vont se livrer à improviser sur ce thème en utilisant des techniques diverses et variées. Le show est très interactif et les impros sont très souvent réussies. Nous étions un groupe de 3 et deux de nos titres ont été choisi, parmi lesquels « Les dessous du kilt » qui nous a bien amusé et qui a semble-t-il laissé les comédiens sur la piste Écossaise, il y a eu moults références. Un spectacle physique pour les comédiens tous très talentueux. Nous avons eu un petit faible pour la fille de groupe: Pascale Bony. Nous sommes sortis de ce spectacle conquis, mes amis, vivant sur place, se sont jurés d’y retourner! Je vous mets une vidéo qu’ils ont enregistré ailleurs… Voici leur site.

Aventure. Jeudi dernier, 20h: Moulin Rouge au Théâtre de la Porte St Michel. Une troupe formée pour l’essentiel de talentueux danseurs mais peu formés à la comédie. Or, cette pièce mêle danse et comédie. Basée (pour ne pas dire pompé) sur le film du même nom, la pièce donne à voir un mélange des genres qui aurait pu nous conquérir si l’amateurisme des acteurs n’était pas si flagrant. Mais voyons les choses d’un point de vue positif: les danses étaient très belles et plutôt réussie. Le spectacle aurait pu être superbe s’il n’avait était qu’un ballet. Bref… parfois il faut bien voir des choses moyennes pour apprécier les bonnes choses, ça forme le caractère du spectateur que je suis!

Contrainte horaire. Samedi dernier, 15h05: Dracula mon histoire… Conférence sur l’état du vampirisme au 21ème siècle au Théâtre de la Luna. Attention, je vais vous parler de mon coup de coeur. Cette pièce encensée par la critique raconte l’histoire de Dracula de façon clownesque et donc décalée. Nous voilà face aux deux assistants du maître de Transylvanie, qui nous préparent pour accueillir Dracula pour sa tournée mondiale. Sauf que bien Dracula ne vient pas… les voilà donc parti dans l’histoire de Dracula. Façon auguste et clown blanc, les deux compères usent de moults techniques (mimes, chant…) pour le plus grand plaisir des spectateurs. La salle rit à grands éclats, pour peu qu’on ne soit pas blasé, c’est un vrai plaisir! Je retournerai bien les voir! Et je les conseille, c’est complètement fou. Vraiment un chouette spectacle drôle et décalé. Ils sont en Avignon jusqu’à dimanche 29 juillet. Courrez les voir! @draculahistoire


DRACULA, mon histoire par leilalal

Ciné Review: Laurence Anyways.

Laurence Anyways est le dernier film de Xavier Dolan, le jeune réalisateur Québécois. Après ‘J’ai tué ma mère‘ où il racontait les relations difficiles entre mère et fils et ‘Les Amours Imaginaires‘ qui se concentrait sur un triangle amoureux, Laurence Anyways raconte l’histoire d’une femme née dans le corps d’un homme. Laurence Alia est en couple lorsqu’il décide à la trentaine de sauter le pas et devenir qui il est vraiment, une femme. Le film suit Laurence dans son cheminement et ses déboires amoureux sans jamais expliquer ni juger, Laurence est ainsi et pas autrement. Melvil Poupaud qui interprète Laurence est sur tous les plans, réussissant à jouer la lente métamorphose. Le role lui va comme un gant. Il est entouré d’un casting franco-québécois tout à fait à la hauteur. Le film qui dure 2h39 peut paraître un peu long par moment, mais cela permet à Dolan de retranscrire cette évolution dans le temps, une révolution comme le dit Laurence à un moment du film. J’ai bien aimé, on retrouve la patte de Xavier Dolan, prenant soin de filmer les détails. Un film à voir.

Related Posts with Thumbnails