Chapeau pointu!

Cornemuse en plein air.

Glasgow paranoid park.

C’est le printemps, on sort son skate, sa casquette, et son baggy et on va au skate park!

Ciné reviews: The Muppets et The Hunger Games.

Je n’étais pas spécialement motivé pour aller voir les Muppets. La bande annonce ne m’avait pas passionné, mais sur l’invitation d’une amie, j’ai craqué. Et finalement, c’est pas mal. Ca change les idées. Ainsi, Walter, un Muppet, a passé sa vie avec un geek dans une petite ville au milieu des États-Unis. Or voilà qu’après 10 ans de flirt avec une demoiselle, le geek décide d’aller à Los Angeles avec elle, et son Muppet. L’occasion pour Walter de découvrir les studios des Muppets. Désillusion totale en y arrivant, découvrant qu’un méchant entrepreneur achète le studio pour tout détruire et pouvoir pomper le pétrole qui se trouve dans le sous sol. Walter va tenter de retrouver Kermit pour le convaincre de reformer la troupe. Voilà donc un film pour enfant qui fera sourire les adultes. Un feel good movie chantant, en somme. D’ailleurs, les chansons sont pas mal du tout.

The Hunger Games, c’est la sensation du moment. L’histoire futuriste d’un monde divisé en douze districts (arrondissements). Tous sont plongés dans la misère, seule la capitale est couverte d’or et de couleurs. Et chaque année, deux jeunes gens de chaque arrondissement sont tirés au sort pour participer à une lutte à mort en forme de jeu télévisé. Le vainqueur apporte à son district nourriture et prospérité, pour l’année qui suit. Basé sur un livre que je n’ai pas lu, le film est réussi. On est plongé très rapidement dans le feu de l’action. La réalisation est bluffante. On ne perd pas une seconde. Les acteurs sont très bon, magnifiques et parfaits. On retrouve d’ailleurs Woody Harrelson (Zombieland), Lenny Kravitz ainsi que Donald Sutherland. Sans parler de la BO, qui colle parfaitement à l’atmosphère à la fois familière mais aussi étrange de ces jeux de la faim. Un très bon film donc, qui donne envie de lire le roman, si ce n’est déjà fait!

Cerisier en fleur.

Qui dit printemps, dit arbre en fleur. 

On sort les guiboles. C’est le printemps!

Cette semaine, pour célébrer le printemps, je vous propose une photo par jour sur le thème du renouveau, des bourgeons, et de la jeunesse. Toutes les photos ont été prises à Glasgow, où le printemps est accueilli les bras grands ouverts. À Glasgow, le printemps, c’est aussi l’allongement considérable des jours. Comprenez, on passe d’un coucher de soleil à 5h en décembre à 22h en juin. Donc, le printemps, on gagne facilement 2-3 minutes par jour. Et c’est visible. Or, qui dit soleil, dit on se dévoile. C’est amusant de voir les écossais sortir leurs guiboles toutes blanches aux premiers rayon de soleil. Et en plus, ils se prennent en photos, des photos qui doivent se retrouver sur Instagram ou autre, sur le thème: « I’m in the park! »

Shiraz Café, un breakfast de fou.

Dimanche dernier, nous sommes allés petit-déjeuner dans une cantine/fast-food. Le restaurant ne paye pas de mine, mais c’est ici que l’on trouve l’un des meilleurs petit-déjeuner de la ville, et pour un prix défiant toute concurrence: £5 pour une énorme assiette accompagnée d’une boisson. Il y a de quoi se remplir le ventre avec deux toasts, des haricots, du boudin, des saucisses, un oeuf, des tomates, des champignons, du bacon, et j’en passe. Magnifique. Ce qui était amusant à voir, c’est que la clientele était entièrement constituée d’hommes. C’est à dire que ce petit-déjeuner, c’est un peu le remède contre la gueule de bois et comme la samedi dernier, il y avait du rugby et du foot… autant de raison pour picoler. Donc voilà, c’est une adresse que je recommande, si vous êtes de passage à Liverpool. C’est sur North John Street, L2.

Related Posts with Thumbnails