Ciné Review: The Best Exotic Marigold Hotel.

The Best Exotic Marigold Hotel raconte l’histoire de huit retraités britanniques qui pour des raisons différentes se retrouvent à tenter l’aventure du repos en Inde dans un hotel vendu comme le meilleur lieu de villégiature pour les retraités. À l’arrivée, il n’en est rien, si ce n’est que le gérant de l’hotel est un jeune homme plein d’énergie et de rêves qui veut développer cet hotel afin d’accueillir les vieux « des pays qui ne les aiment pas! » Si le scénario est un brin attendu, et sans grande surprise, les acteurs sont juste excellents. Dame Judi Dench, Tom Wilkinson, Maggie Smith, Bill Nighy, Dev Patel, pour ne citer qu’eux, sont vraiment à la hauteur de ce film fort en émotions. On verse une petite larme, on rit, on réfléchi. Côté voyage, on est servi, l’Inde apparait radieuse dans ce film, à quelques lieues de Slumdog Millionaire. On a envie d’y aller, de tenter l’aventure dans ce pays aux mille couleurs, mille parfums… et à la philosophie assez opposée au monde occidental. « La vie est accueilli comme un don, et pas comme un droit », dit un des personnages. Et c’est ça qui fait rêver dans ce film touchant emmené par une musique énergique. À voir, le 9 mai en France.

Premières poussées printanières!

Le printemps approche, ça ne veut pas dire que le temps s’améliore plus que de raison, ni que les températures ne remontent… Simplement, si le moineau ne fait pas le printemps, les crocus qui ornent les plates-bandes et les jardins de Glasgow donnent une impression de printemps. Ca fait plaisir à voir le matin par la fenêtre du bus. 

Scottish Gas et son moniteur électrique portable.

La semaine dernière, le facteur nous a laissé un avis de passage pour un mystérieux colis qu’il fallait récupérer 48h après son passage. N’ayant rien commandé, mon anniversaire étant passé depuis un bon mois maintenant, je n’attendais rien. C’est juste que j’avais oublié que nous venions de souscrire à un nouveau service pour notre consommation électrique et gaz. C’est à dire que jusqu’à mi-janvier, nous versions £75 par mois pour une consommation de £50, mais comme le système fonctionnait sur une évaluation, bien nous nous retrouvions à payer plus. Bref, ça en devenait ridicule. J’ai donc retiré le droit de prélèvement de Scottish Gas (qui est l’antenne écossaise de British Gas, l’EDF local). Quelques jours plus tard, une conseillère m’appelle pour me demander le pourquoi du comment. Et me propose de souscrire à une offre qui permet de payer exactement ce que l’on consomme. Avec ça, nous avions droit à notre petit moniteur electrique portable. Un petit appareil très intrigant. On pose un petit truc sans fil sur le cable par lequel l’électricité rentre dans le compteur. Ensuite, on lance l’autre appareil avec son écran couleur et hop!, on peut voir notre consommation en électricité en temps réel, et ainsi que ce que ça nous coûte. Magique! Alors, avec Kavi, ma colloc, on s’est amusé à brancher, débrancher des appareils pour voir la réaction de la machine. Une réaction instantanée… En gros, on a découvert que nos ordinateurs ne consommaient pas des masses, une bonne nouvelle, puisqu’ils sont branchés H24. Mais que le sèche cheveux de Kavi affole la machine. Bon, de là à lui demander de payer plus… il n’y a qu’un pas que je ne franchirai pas! (Hein Kavi!)

Le gâteau ultra-moelleux au chocolat.

En cherchant une recette de gâteau au chocolat toute simple, j’ai découvert que la plupart était fait avec de la noix de coco. Or, la noix de coco, ce n’est pas mon dada. J’ai un problème avec la texture même de la poudre de coco… Enfin bref, l’ami Marmiton est tout de même plein de ressources. Et j’ai fini par trouver ce gâteau.

Il vous faut:

4 oeufs, 20cl de crème fraiche, 75g de sucre, 100g de farine, 200g de chocolat noir.

Préchauffez le four à 180 degrès.

Faites fondre le chocolat, ajoutez ensuite la crème fraiche, mélangez bien, réservez.

Séparez le jaune et le blanc des oeufs. Battez les blancs en neige jusqu’à ce qu’elle soit ferme.

Mélangez les jaunes avec le sucre jusqu’à blanchiment du mélange. Ajoutez ensuite le chocolat fondu avec la crème en mélangeant bien. Ajoutez en remuant la farine. Finalement ajoutez les blancs en neige délicatement afin de ne pas casser la neige. Mélangez bien.

Versez dans un moule que vous aurez recouvert de papier cuisson. Enfournez pendant 20 minutes. La lame du couteau doit ressortir humide.

—– UPDATE—–

Le gateau n’est pas terrible!! Il manque de gout, alors faites bien attention à y mettre un chocolat bien corsé…

Et de trois semaine!

For f*ck sake! Pardonnez-moi d’être vulgaire, mais ça fait déjà trois semaines de placement. Trois semaines de lever à 7h, de voir le soleil se lever de plus en plus tôt, de prendre le bus, d’arriver à l’école, dire bonjour, attendre sagement dans la base en attendant d’avoir un cours, de préparer ses cours en attendant, de fouiner sur internet des présentations, de faire cours, d’essayer de faire preuve d’autorité, de repartir, de prendre le bus et le métro, de goûter, de regarder Smash/Glee/Modern Family, you name it, et puis de brièvement se remettre dans la préparation de leçons… Ainsi vont mes journées. Elles sont bien mieux organisées que pendant mon premier placement. Je passe largement moins de temps à préparer mes leçons. J’ai compris que le perfectionisme avait ses limites. Bref, j’ai compris qu’il fallait se ménager.

Cette semaine, j’ai commencé à faire preuve d’autorité. Il s’agit, à un moment donné, de se faire respecter. J’ai ainsi récolté les cahiers de devoirs d’une de mes classes. Je me suis rendu compte qu’uniquement 4 élèves sur 30 avaient fait leurs devoirs. C’est du beau. Je me suis donc fâché. Avec cette même classe, un garçon avait ses écouteurs pendant la leçon. Je l’ai envoyé voir le chef de département. Et c’est ainsi que j’ai scotché le reste de la classe. Une tâche d’autant plus important que j’ai la visite de ma prof de fac mardi qui vient, dès la première heure. Bon, les chances sont qu’ils seront endormis et que ma tâche sera surtout de les réveiller un minimum. Mais si je ne failli pas, bien ça devrait aller.

Sinon, l’atmosphère entre les profs s’est un peu détendu. C’est devenu agréable de travailler dans cette école. J’ai appris à apprécier la chef de département, toujours aussi stressée, mais dont j’ai appris à dompter le stress afin qu’il ne m’atteigne pas! Elle m’a d’ailleurs été de bon conseils tout le long de la semaine. J’espère apprendre beaucoup d’elle…

Et pour finir, école catholique oblige, j’ai découvert une nouvelle coutume: se faire dessiner une croix avec de la cendre sur le front pour le mercredi des Cendres, le premier jour du Carême… Il fallait voir certains élèves et certains profs se promener fièrement avec de la cendre sur le front, comme s’ils avaient reçu la grace divine! Et dire que je n’ai même pas été invité à tout ce ramdam religieux… en fait, c’est très bien comme ça! Mais juste j’aurai aimé voir ça… le curé appliquant de la cendre (de cigarette?) sur le front des élèves et des profs! Ca devait valoir des points! En tout cas, maintenant, je sais ce que veut dire ‘they are getting their ashes’!

Sarkozy prend la porte, sans passer au Fouquet’s!

Cette photo n’ayant pas eu de succés sur ma timeline Facebook, je la poste ici, en expliquant pourquoi elle me fait sourire (forcement, c’est moi qui l’ai montée avec mes petits doigts). Samedi dernier, Sarkozy ouvrait sont petit QG de campagne dans le ‘populaire’ XVème arrondissement de Paris… La déco de la boutique est très 2008, très Obama et surement inspiré par Valérie Damidot en personne… C’est donc avec près de 4 ans de retard que Sarko s’est payé une déco mégalomaniaque avec sa tête imprimée en long en large en travers sur les murs du QG, surement pour que ses collaborateurs n’oublient pas pour qui ils travaillent… Et donc, non content d’avoir sa tête partout, il y a aussi une peinture de son ombre partant au footing sur une porte… Et là je me suis dit: c’est un signe! Il veut partir. Il veut le bien de la France finalement… Après 5 ans d’erreurs, il réalise finalement qu’il préfère aller faire son footing. Comme une métaphore de l’homme qui s’en va. C’est beau! Beau comme un rêve… comme ce magnifique bafouillage quand Pujadas lui demande s’il retournerait au Fouquet’s!


Sarkozy et le Fouquet's … les regrets ont du… by LeNouvelObservateur

En attendant la campagne continue, il reste plus que cinquante huit jours avant l’élection. L’occasion pour Télérama de demander son avis à Orelsan. On y apprend que l’homme a décidé de voter pour la première fois (il a 29 ans), et qu’il s’apprête à voter pour le moins pire. C’est ça le problème, je pense en France. C’est que la majorité des gens va voter pour le moins pire. Si je soutiens Hollande, c’est pas par passion ou quoique ce soit, c’est juste parce que je pense que c’est le moins pire. Ce qui gangrène la politique française, c’est oligarchie. Nous avons en France des professionnels de la politique, qui gravissent tous les échelons de la république… Or, la politique français manque de sang neuf. Elle se renouvelle peu. Chacun semble attaché à garder son pouvoir.

The day I discovered Glasgow Subway.

Ah, le métro de Glasgow. C’est un cercle qui circule entre le centre ville, le sud et l’ouest de la ville. Les trains passent dans les deux sens, permettant d’aller rapidement d’un bout à l’autre de la ville. Sur 10 kilomètres, les petits trains desservent les quinze arrêts aux couleurs orangées… Ce n’est pas pour rien qu’il est surnommé le Clockwork Orange (L’Orange Mécanique). Le metro est entré en service en 1896, il s’agit du troisième métro le plus vieux du monde. À l’époque, Glasgow était une ville riche. Cela a bien changé, mais le métro fonctionne toujours, se modernisant cahin caha. Les trains sont assez particuliers. Si Londres est un tube, Glasgow est un tuyaux. Pour vous donner une idée, l’écartement des rails est d’1m20, et le diamètre du tunnel est de 3m35. On se demande d’ailleurs si un train va arriver à sortir de ce tube… un peu comme si on s’attendait à voir sortir un Space Mountain. Pour ce qui est du voyage, bien c’est efficace. Les horaires d’ouverture sont assez étranges le dimanche surtout, le métro ouvre à 10h pour fermer à 18h. Il est géré par une entreprise publique (c’est assez rare pour le souligner dans ce pays), la SPT. Sinon, le reste de la semaine, c’est 6h-minuit. Le métro est tout de même très bruyant, mais ça c’est normal, je crois. Pour résumer, j’ai commencé à le prendre régulièrement quand j’ai découvert qu’il était à quelques encablures de mon école, bien plus efficace que la compagnie de bus sur laquelle je comptais mais dont la régularité fait défaut. Le seul problème du métro, c’est qu’il ne dessert que l’Ouest de la ville. A priori, il y a des projets pour creer une ligne dans l’Est de la ville (la partie pauvre, qui aurait du profiter du Commonwealth Games de 2014)… mais pour l’instant,  c’est le mystère!

Related Posts with Thumbnails