Zoom sur la City à London.

Voici quelques photos d’un de mes quartiers préférés de Londres, la City. J’ai toujours été attiré par la folie des grandeurs, par le mélange de vieux et de neuf, par les formes qui défient l’attraction, par ce sentiment qui nous fait sentir tout petit… Bref, la City est un peu l’endroit idéal! Et le Swiss Re Building en est l’emblème avec sa forme qui rappelle le cornichon (d’où son surnom), ses 40 étages, soit 180 mètres de haut… Sa forme attire le regard. Et plus on s’approche, plus on se sent petit, plus on est frappé par le mélange d’architecture, les buildings qui l’entoure forment un contraste des plus détonnant!


Mon coiffeur écossais, mon coiffeur écossais…

Mon coiffeur écossais, mon coiffeur écossais… Bon, faut que je vous raconte le phénomène. La première fois que j’y suis allé (à peine un mois après mon arrivée à Glasgow, ça commence à faire!!), ce n’était pas par hasard. Enfin, je suis entré par hasard chez un coiffeur dans mon quartier, le mec m’a conseillé d’aller chez son fils, coiffeur pour jeunes! Donc, j’ai traversé tout le quartier, tout Duke St, en fait j’ai remonté la rue, et je suis arrivé chez le fiston. Déjà, le salon. Les murs sont orange pétant avec des peintures de comics (il y a une reproduction d’un magazine de Batman et Robin), des comics à feuilleter, et une musique qui oscille entre le gangsta rap et le rock alternatif… Un peu plus et on croirait une chambre d’ado! Les fauteuils sont en cuir noir, comme chez les barbers… D’ailleurs, je refusais d’aller chez les barbers parce que j’ai l’impression qu’ils font toujours la même coupe. Et le coiffeur: ventre à bière, cheveux bleus. Il me propose quasiment à chaque fois une bière, et ce peu importe à quelle heure j’y vais! Je voulais une coupe locale, court sur les côtés et plus long sur le dessus et derrière… Et comme je n’y vois strictement rien, j’y été allé avec Ludivine, histoire de me rassurer et qu’elle puisse garder un oeil sur le travail du coiffeur. Oui, j’ai une confiance quasi-totale en ceux qui me coupent les cheveux, sachant que je ne peux pas intervenir en cas de problème!! Et en général, la coupe dure 1h, montre en main. Il me vaporise la tête, me coupe les cheveux au ciseau, me rase le cou à chaud avec une lame de barbier, me lisse les cheveux, me met du gel… la première fois, j’ai cru que j’allais douiller. Et non, ça me coute seulement 8 livres… oui! Moitié moins que ce que je paye en France. Bref, je n’ai jamais été aussi content d’aller chez le coiffeur! J’y vais en effet une fois par mois, contre une fois tous les 3-4 mois en France.

Rappelez-vous, il y a 5 ans… j’avais des soucis chez le coiffeur!

Let's go to the Pret!

S’il n’y a pas que Starbucks dans la vie, c’est encore plus vrai en Grande Bretagne. Indeed, les Pret à Manger sont des fast-food écolo-bio qui font d’exellents chocolats chauds (coiffés d’une étoile en chocolat en poudre sur la mousse, si l’on est chanceux), des thés et cafés (quoiqu’ici, c’est pas vraiment la culture du café), mais aussi des sandwichs, des pains aux raisins, des croissants… faits sur place. Parce que la règle d’or de Pret à Manger, c’est de tout faire sur place et avec des aliments sains. Tous les ingrédients utilisés sont marqués sur l’emballage, ainsi on peut refaire les sandwichs soi-même! Vous dégusterez le tout dans une ambiance assez sympathique à base de jazz. Bon, le seul souci, c’est qu’ils ont tendance à vous mettre à la porte quand l’heure de la fermeture a sonné (18h00)… Mais hormis ça, je préfère largement les Pret aux Starbucks souvent pleins à craquer et très chers… Oui, on n’a pas tous envie de manger des muffins démesuré à £3!

Pret à Manger isn’t French, it’s totally British, it’s healthy, it’s good and cheaper than a Starbucks, whereas the quality is pretty much the same. And it’s less crowded!


Reflection on Cathedral St.

Cine reviews: French Kissers, Percy Jackson and The Last Station.

French Kissers est le titre anglais des Beaux Gosses, film de Riad Sattouf sorti en juin dernier en France et sorti ici le temps d’un week-end, pour le Glasgow Film Festival. J’ai une nouvelle fois adoré ce film, une pure comédie. Je ne pouvais pas ne pas y aller. Emmanuelle Devos, Noémie Lvovski, Vincent Lacoste, Anthony Sonigo, Alice Trémolière… le casting est excellent. Et l’histoire est extrêmement bien tournée, le rire est à tous les tournants. Entre le prof suicidaire, le prof de français dingue, la principale sexy, le cpe qui sort avec la principale, et les élèves obsédés par le sexe, la mère dépressive… Ils sont tous très drôle. Sinon, j’ai remarqué quelques trucs sur les sous-titres. Par exemple, ils ont traduit Jean Luc Reichman par Rocco Siffredi… je ne sais pas si c’est très cohérent…!

Percy Jackson and the Lightning Thief (j’y suis allé sur les conseils de ma petite soeur) ou l’histoire extraordinaire d’un ado qui se croit trop ordinaire, qui se définit comme loser… mais qui arrive à passer 10 minutes en apnée. L’histoire est un brin niaise, parce qu’en fait, Percy, c’est Perseus en anglais, et il s’avère qu’il est demi-dieu grec, fils de Posseidon et d’une mortelle. Les effets spéciaux sont un peu ratés, le jeu d’acteur n’est pas transcendant, la présence d’Uma Turman et de Pierce Brosnan ne changent pas grand chose… Il y a quelques scènes vraiment poilante, dont une où ils sont drogués dans un casino à Las Vegas, à hurler de rire, on a l’impression d’être dans un épisode de That 70s Show, quand les protagonistes font tourner un joint! Bon, le film ne parvient pas à se défaire de tous les poncifs du genre, un peu cliché à mon avis, on a parfois envie de les réveiller, de leur dire, « mais donne tes pièces grecques que tu as trouvé avant de te battre avec Medusa!!! » M’enfin, ce film m’a beaucoup plus plu que Narnia, il est bien moins catho et bien plus second degrés (d’ailleurs dans la salle il n’y avait que des adultes!).

The Last Station est un biopic sur la fin de la vie de Leo Tolstoi. Une tragédie, ou la femme de Tosltoi se fait dépossédée par l’entourage du très influençable écrivain. On y découvre la vie de cet écrivain, vu comme un prophète par ses admirateurs qui s’empressent de tout noter sur un calepin, comme si tout ce qui sortait de la bouche de Tolstoi était un message pour l’humanité… Ce film est très réussi, on sent bien l’importance de l’homme dépassé par son oeuvre. Un film à voir, qui n’a pas de date de sortie en France. Un film où Helen Mirren excelle en femme du grand écrivain, entourée du très bon Christopher Plummer et du charmant James McAvoy.

The Burrell Collection.



Sir William Burrell était un homme de goût. Il s’est créé une fortune en tant que marchant maritime à Glasgow et s’est fait plaisir en collectionnant des objets d’arts divers, la collection va de l’Egypte ancienne jusqu’au 20ème siècle en passant par la Grèce antique, la Chine antique, le Moyen Age… Il a été l’un des premiers à acquérir du Rodin… Il y a d’ailleurs une impressionnante somme de bronze du maître sculpteur dont un exemplaire du fameux penseur. Il a ainsi accumulé des centaines d’objets qu’il a donné à la ville de Glasgow à sa mort, avec une coquette somme afin de construire le musée. Et comme la ville de Glasgow est elle aussi très généreuse, le musée est gratuit. Un musée où les oeuvre sont exposées en milieu forestier, ce grâce à d’énormes baies vitrées. Les objets sont ainsi mis en valeur. C’est superbe. Le bâtiment est lui-même un méli-mélo de salles, on se perd dans les dédales des temps anciens! L’architecture parie sur la transparence, ainsi, il y a des points de fuites assez impressionnants… Bref, une belle collection dans un lieu hors du commun, en pleine campagne (la collection se trouve dans le plus grand parc de Glasgow, Pollokshaw), et ce au sud de Glasgow.

Sir William Burrell was a Glasgwegian shipping merchant and a philantropist who collected a huge number of artefacts and art pieces and donated it at his death to the city of Glasgow, along with some cash to built the museum, which a pure architectural success, presenting the objects in transparency with the nature. Really beautiful and inspiring!



Afternoon tea @ Peckhams.

Il est des traditions qu’il ne faut pas tarder à découvrir. Parmi ces tradition so british, l’Afternoon Tea. Tout a commencé par une envie de découvrir de nouveaux salons de thé. Et voilà donc ce qu’on trouve dans l’Afternoon tea de Peckhams, delicatessen bobo écossais: vous aurez deux thés (c’est pour deux), des sandwiches (deux au coleslaw et deux mayo/poulet par personne), un scone, un pain au raisin, de la compote de fraise, une mini-confiture de fraise, un énorme et délicieux muffin au citron, deux morceaux de Toffen (chocolat au lait sur barre de riz) ainsi que des morceaux de sablés au caramel. Un pur délice servi entre 3 heure et 5 heure, qui fait office de goûter et de diner… Une telle opulence pour seulement £7.5! Il ne faut pas s’en priver!! Miam!!

Related Posts with Thumbnails