#969. Le grand retour d'Indy et de Catherine.

 

969.png

indianajones.jpgPour commencer, vendredi, 9h50, UGC Cinécité Court St Émilion, c’est parti pour la grosse sortie américaine de la semaine, Indiana Jones et le crâne de cristal. Indiana Jones revient et l’aventure est au rendez-vous. Le pitch de départ n’est qu’un vague prétexte, comme souvent dans ce genre de films, mais la déception ne vient pas. En gros, on est dans les fifties et Indiana est appelé à la rescousse du bon vieux professeur Ox qui se retrouve capturé par les Soviets dans la jungle amazonienne. Et là, course poursuite en pleine brousse, puis dans l’eau… Bref, du grand spectacle qui renoue avec les précédents épisodes de la série. De plus, par ce film, Spielberg et Lucas prouvent à tout Hollywood qu’on peut encore réaliser avec succès un film d’aventure à Papa. Ce qui m’a gêné dans le film, c’est un peu la débauche de moyen à la fin, mais bon… on est en 2008!

contedenoel.jpgVague pause de midi et enchaînement avec la grosse sortie française de la semaine, Un Conte de Noël. Deuxième film d’Arnaud Desplechin que je vois, et deuxième coup de coeur. Un coup de coeur véritable avec un chapeau bas à tous les acteurs. Notamment la prestation assez extraordinaire de Catherine Deneuve, cela faisait longtemps qu’on l’attendait à ce niveau. « Un conte de Noël » c’est l’histoire de Junon (Deneuve) qui convie toute ses enfants à Noël parce qu’elle est atteinte d’un début de leucémie qui l’oblige à recevoir une greffe de moelle de l’un d’entre eux. Et parmi les enfants, c’est pas la grande joie. Elizabeth (Consigny), la soeur aînée, a banni son frère, Henri (Amalric) pour d’obscures raisons. Et donc voilà la famille Vuillard aux grandes retrouvailles à Roubaix. C’est follement amusant de voir cette captivante famille se débattre avec des sujets tels que l’amour mère/enfants, que la mort, que l’amour… De plus, le casting, enfin, la famille Desplechin est extraordinaire, tellement parfait qu’on a envi de tous les citer, Emmanuelle Devos, Matthieu Amalric, Melvil Poupaud, Chiara Mastroiani… Bref, je n’irai pas par quatre chemins, voici longtemps qu’on avait pas vu un tel film. Et voilà pourquoi je garde ma carte UGC, parfois le cinéma arrive encore à surprendre. Et c’est le cas de ce film. Un grand film.

ilyalongtemps.jpgEt puis mardi, en attendant un déjeuner entre amis, je suis allé voir « Il y a longtemps que je t’aime« . J’ai pas aimé. Déjà la séance s’annonçait bien, tous les écrans au-dessus des portes des salles affichaient « Bienvenue chez les Ch’tis »… Mais c’était bien « Il y a longtemps que je t’aime » qui était diffusé dans la salle 20. Or donc, un film qui semble dépassé par son sujet. Les acteurs sont désastreusement dirigés. On est dans la fausseté la plus totale, même Kristin Scott Thomas, qui d’ordinaire s’en sort plutôt bien, semble patauger au milieu de tout cela. Et la musique, j’ai beau aimer Jean Louis Aubert, mais là ça ne va pas du tout… En gros, c’est l’histoire de Juliette qui se retrouve chez sa soeur qu’elle n’a pas vue depuis quinze ans, le temps qu’elle est restée en prison pour le meurtre de son fils… Le film tente bien de traiter le regard des autres sur la rédemption. Mais n’y arrive pas. Un sujet énorme pour un film qui ne fait que sombrer dans le patho le plus bête. C’est donc tire-larme au possible, mais cela est tellement convenu que ça en est lassant. Et horriblement ennuyeux. A ce propos, j’aimerai bien savoir qui sont les « spectateurs UGC » qui priment les films… Pathétique!

Related Posts with Thumbnails

0 réflexion sur « #969. Le grand retour d'Indy et de Catherine. »

  1. Ouais ta critique d’Indiana Jones rejoint un peu la mienne sur certains points PS : J’aime beaucoup ton passage sur le « film d’aventure à Papa »^^

Laisser un commentaire