No more loser.

Les amis, il est temps pour moi de vous annoncer la bonne nouvelle. Je ne suis (quasiment) plus un loser… J’ai en effet eu mon année, les deux semestres étant supérieurs à la moyenne. Quand je dis supérieurs, c’est pas un canyon qui sépare mes moyennes à 10… Je dois avoir environ 0,5 points au-dessus de la moyenne. Ce qui fait de moi un titulaire de L1!! Bref, c’est pas non plus des monts et merveilles, mais c’est un début [qu’est-ce que je raconte?!]….

Pour la suite, j’hésite encore et toujours. Que faire l’an prochain? L’avenir me le dira [c’est rassurant]! De toute façon vu comme je suis accro à mon blog, vous serez au courant de toutes les évolutions de ma vie en [presque] temps réel.

Week-end en Normandie, la vidéo.

Voici, donc, pour vous, en exclusivité mondiale (ya pas de mal), le making of du week-end. Et comme j’avais du temps, j’ai pu soigner le montage… Comme, c’est au bord de la mer, il y a un port, des mouettes, des ponts mobiles, des gouttes et même des grèlons. Bref, la Normandie, comme si vous y êtiez! Enjoy!

Bouteilles volantes.

Voici un reportage photo au coeur d’une zone envahie par les publicités géantes… Ce lieu, c’est Gare de Lyon, dans le 12ème arrondissement parisien. Et régulièrement de nouvelles campagnes publicitaires sont suspendues juste au dessus de nos têtes de voyageurs abrutis par le bruit attendant notre train…

pubs taillefine à gare de lyon
pubs taillefine à gare de lyon

Ce coup-ci, nos amis publicitaires, qui ne manquent généralement pas d’idées sauf quand c’est pour conseiller les hommes politiques (genre Ségéla), ont penser accrocher d’énormes bouteilles Taillefine entre les panneaux publicitaires rectangulaires. C’est donc original et surtout adapté au lieu, puisque les gares parisiennes sont souvent gigantesques et que l’homme n’occupe que le partie basse du lieu, il faut faire quelque chose de la majeure partie de l’endroit.

pubs taillefine à gare de lyon

« Après lui » & « Les chansons d'Amour ».

Comme un trait d’union entre ces deux films sortis le même jour, Christophe Honoré est le co-scénariste du premier et le réalisateur du second.

« Après lui », c’est l’histoire d’une femme qui cherche a se réorienter après la mort de son fils et trouve en son meilleur ami un remplaçant. Catherine Deneuve est excellente dans un rôle pas évident… Elle s’en sort à merveille, relevant un peu le niveau de ses dernières apparitions sur grand écran. On la retrouve bien, belle et en pleine fusion avec son rôle. Ce film m’a vraiment ému. Dès les premiers instants, les premières larmes sont sorties… C’est assez rare quand je pleure au cinéma (c’était pas vraiment arrivé depuis Dancer In The Dark). Un beau film signé Gael Morel.

« Les chansons d’amour » est une comédie musicale en trois parties (« le départ », « l’absence » et « le retour ») qui fut en compétition lors du 60ème festival de Cannes. Il est évidemment question d’amour, mais sous toutes ses coutures, ou presque… et c’est du pur bonheur. Les acteurs sont à l’aise dans leur rôle, la mise en scène est remarquable et les textes très bons. Bref que du bonheur dans ce film avec aussi des émotions fortes, mais comme c’est une comédie musicale tout paraît plus léger. Louis Garrel est magnifique, ténébreux… il convient à merveille pour ce rôle. J’ai complétement adoré. Je vous conseille ce film… plein de surprises. « Aime-moi un peu mais aime-moi longtemps ».

Normandie sous la pluie.

Week-end imprévu avec départ à l’arrache. C’est à peu près l’idée du trip. Décision prise samedi dernier de partir pour le week-end de la Pentecôte à Honfleur. Réservation du Formule 1 Caen – Mondeville jeudi dernier. Départ samedi après la fête du Jeu qui était organisée à mon centre (et à laquelle j’ai travaillé à la buvette).

Élodie et moi sommes donc partis vers 19h samedi et, après quelques bouchons, nous sommes arrivés peu après le onzième coup du soir… Un Formule 1 en zone industrielle et des sanitères à l’extérieur de la chambre. Excusez-moi, j’ai des goûts de luxe… alors comprenez ma surprise. Bref, on s’endort en regardant New-York District (Law and Order) que Tf1 diffuse au kilomètre minuit passé.

Dimanche matin, réveil vers 9h30 pour petit déjeuner et payer la nuit suivante. Puis départ, après quelques hésitations sur l’organisation de nos sorties… étant donné que presque tous les musées et expéditions sousterraines (dans des grottes) sont fermés. Il ne nous restait plus qu’à partir à la découverte des villes balnèaires à partir de Cabourg jusqu’à Honfleur, en passant par Deauville.

2007_0527_120538
La plage de Cabourg.
2007_0527_120649
2007_0527_121432
Les maisons à côté du Casino de Cabourg.

Cabourg, ville plutôt sympa en ce jour de marché. Les places de parking sont disponibles et la balade dans l’artère qui mène de la mairie au casino s’avère agréable… jusqu’au moment où il s’est mis à pleuvoir des cordes. Oups! J’avais oublié mon Kway dans l’hôtel. Et donc j’étais bien trempé. Heureusement mon blouson possède de forts pouvoirs absorbant… Retour à la voiture en passant par le marché et sous les trombes d’eau, mais dans la rigolade.

2007_0527_152201
Le Normandy Barrière.
2007_0527_152218
2007_0527_152516
2007_0527_154132
Les cabines de Deauville.

Direction Deauville, que j’avais eut l’occasion de visiter by night sur un coup de tête en octobre dernier pour le départ de Marion en Irlande. En cours de route, la pluie avait cessé mais au moment de quitter la voiture pour trouver un restaurant où manger, eh bien la pluie s’est remise à tomber. J’ai donc enfilé un magnifique imperméable en forme de préservatif qu’Elodie avait dans sa voiture / couteau suisse. Direction la pizzeria Barbara, qui se situe (oh my god) juste derrière le luxueux et célébrissime hôtel Normandy Barrière. L’idée que tout est en toc dans ce Disneyland pour riches et badeaux s’est confirmé en regardant en détail le paysage offert à travers la vitre. J’ai pris une Calzone (miam!) et Elodie a pris une crêpe « Barbara ». Nous sommes ensuite allés profité d’un rayon de soleil en nous promenant du côté du Casino Barrière puis du front de mer plein de riches (50€ la location des transats sur la plage).

2007_0527_165120
Une petite ruelle à Honfleur.
2007_0527_172038
2007_0527_172312
2007_0527_172334
2007_0527_184120
Un arc en ciel sur le port de Honfleur.
2007_0527_190052

Direction finale, Honfleur où nous avons passé 6 heures entre balade dans la ville qui possède un charme fou, malgrè tous les parisiens (…), et farniente sur une terrasse d’un café-restaurant du bord de port avec des serveuses très désagréables. Nous sommes restés là en attendant que les giboulés passent, et puis nous avons repris le cours de notre balade autour du port et des ponts mobiles. Voyant se profiler un gros nuage noir à l’est, nous avons choisi un restaurant où les moules / frites étaient pas chères… mais pas terrible (les frites étaient plus que limites). Et nous avons pris un dessert (moi, trois boules de chocolat) qui ne nous a pas était facturé. Nous avons gagné à peu près 12€…! Que nous avons dû dépenser pour sortir la voiture qui nous attendait dans un parking Vinci.

Retour à l’hôtel où nous avons regardé la fin de Titanic (snif, ahahah!!)

2007_0528_115000
2007_0528_115342

Lundi matin la grande question était: « jour férié ou pas?! » parce que de cette condition dépendait l’heure du petit déjeuner… Après consultation du gérant, il s’est avéré que je m’étais levé tôt pour rien puisque nous étions un jour férié! Après le petit déjeuner et le chargement de la voiture, nous avons pris la direction de Caen, où se trouve un château fort qui semblait fort sympathique… c’était oublier cette sat
anée pluie, pire que la veille. Parce que le vent s’en mélé. Il faisait donc froid et humide. Heureusement dans ce château fort se trouve plusieurs musées. Nous avons visité le musée de la Normandie, de l’antiquité à nos jours, et le musée des Beaux Arts de Caen où sont exposés des oeuvres datant de la fin du Moyen Age au 21ème siècle. Je me suis régalé les yeux dans ce musée, alors qu’Elodie s’y est ennuyée.
Nous avons quitté Caen et sommes partis en direction de la Seine et Marne en évitant les autoroutes. Nous avons failli nous perdre dans la pampa normande, en plein Pays d’Auge… à cause des divers travaux qui le GPS ne connaissait pas. Nous avons voulu manger dans une brasserie à La Falaise vers 14h30 mais c’était impossible, remarquez, on n’avait pas faim… Retour dans la voiture direction Chailly en Bière via Chartres. À Etampes, Elodie m’a trainé dans un McDo, parce qu’on avait envie de faire pipi… Toujours aussi dégueulasse… Elodie en a conclu que j’étais prout-prout!!
Arrivée à la maison vers 21h où monj petit frère nous attendait un clope à la bouche sur le trottoir!!

video coming soon

L'orage.

J’adore regarder les éclairs puis entendre le grondement. Voilà qui nous remet à notre petite place d’hommes. Des petits trucs pas très fiers quand le ciels fait des siennes!! Aujourd’hui, on a eu droit à une bonne heure d’orage après une après-midi complétement insupportable tellement il faisait chaud… Maintenant, comme une purge, il fait frais (comparé à l’après-midi) et les oiseaux chantent et semblent s’extasier de la fin des hostilités.
Faut dire que c’est un sacré spectacle les orages comme ça. Des flashs qui jaillissent de partout et nulle part à la fois, des bruits à n’en plus finir qu’on se demande à quel éclair ils appartiennent.

Mouais, bof…

Pas grand chose à vous raconter aujourd’hui, mis à part le fait que le climat m’ait cloué sur place. Que je me suis cogné la tête contre une poutre. Que j’ai pas réussi à replanter convenablement des plantes. Que j’ai pas réussi à faire un dessin. Que j’ai tué une limace avec un produit pour nettoyer les mains quand on a pas d’eau. Entre ça et les Dragibus que je m’enfile à tour de bras, je dois être en pleine régression… Vivement que la température redescende.
Related Posts with Thumbnails