Noël à Manchester.

Le marché de Noël de Manchester battait son plein il y a deux semaines… Une affaire qui roule, vu le prix des vins chaux et autres saucisses et choucroutes. Cette année, on trouve même des marchands français: un bistro a même été installé. Ne rêvez pas, il vend quasiment la même chose que les allemands, du vin chaud, du chocolat chaud. Et puis, clou du marché devant la mairie, le père Noël géant qui trône fièrement au dessus de la foule. Pour moi, les marchés de Noël, c’est quand même un peu un attrape touriste. Des trucs hors de prix juste pour une ambiance, il est vrai, assez noëllienne! (excusez du néologisme!)

OXO Building.

2014-11-22 14.42.32

Le long de la Tamise. 

Le saviez-vous? Il est interdit de mettre de la publicité sur les bords de mer britanniques, or la Tamise à Londres est considérée comme bord de mer. Et voilà pourquoi, il n’y a aucun bâtiment arborant une marque sur les rives de la célèbre rivière. Aucun, si, il y en a un qui défie la règle: le OXO Building (vous pouvez le voir sur la photo). Sauf que quand il a été construit par le fabricant de bouillon cube, et bien les autorités ne savaient pas encore que la Tamise avait ce statut. Donc, l’OXO Building est le seul à afficher une marque.

Je trouve ce fait assez intéressant quand on sait la quantité de publicité que l’on trouve dans les villes comme Londres.

Ciné Reviews: The Imitation Game et The Hunger Games.

Vous aurez surement remarqué les similitudes dans les titres de ces deux films, vus tout deux dimanche, il pleuvait!

The Imitation Game retrace la vie du célèbre mathématicien britannique Alan Turing. Quand je dis célèbre, c’est très récent. Son histoire est restée secret défense pendant 50 ans. Alan Turing a travaillé pour l’armée britannique pendant la Seconde Guerre Mondiale. Il a créé une machine capable de décripter le code Enigma, réputé inviolable établit par les Nazi. Les historiens estiment que son travail a raccourci la Seconde Guerre Mondiale de deux ans et épargné quelques millions de vies. C’est juste incroyable. Sauf qu’Alan Turing était homosexuel. Or en cette époque, c’était illégal. La loi britannique donnait le choix: emprisonnement de deux ans ou castration chimique. Turing a choisi la deuxième option. Ce qui l’a conduit au suicide en 1951. Ainsi est mort un héros anonyme de la deuxième Guerre Mondiale. Ce n’est qu’en 2013 que la Reine l’a pardonné. Le film est relativement fidèle aux faits (sauf pour la partie qui insinue que Turing ait été espion). Les acteurs sont excellents, au premier rang desquels Benedict Cumberbatch. A voir.

The Hunger Games, The Mockingjay Part 1 est l’avant dernier volet de la série. Fidèle aux deux premiers, le film épouse le livre. On suit Katniss et le film évolue à travers son regard. Le Capitol est aux aboies, les Districts sont tous en rebellion menée par District 13, où Katniss a été exfiltrée pour devenir la figure de la rebellion, ce qu’elle accepte non sans conditions. Bref, c’est un super film, avec assez peu d’action, comparé aux films précédents… mais, ayant lu le livre, j’admire la qualité de l’adaptation, je me l’imaginais ainsi! Superbe! A voir si vous avez aimé les deux premiers opus.

Le Shard.

2014-11-22 18.12.34Alors que Paris se déchire sur la construction d’une tour, que je trouve assez inutile, puisque Paris c’est une ville musée comme figée dans une ère post-Hausmannienne, Londres en construit à la pelle. Si bien qu’une seule tour est rentable, sur la vingtaine construite, il s’agit du Gerkin, pour le reste, c’est à moitié loué… Donc le Shard, plus haute tour européenne avec ses 309 mètres. La nuit, l’éclairage rend la tour encore plus impressionnante!

Christmas Light Switch On.

Un peu à la manière d’un Batman de Tim Burton, Romford, où j’habite, s’est transformé en Gotham City. Enfin presque. Deux heures de show étaient prévues. Un chanteur issu d’un télé-crochet, un guignol et le père Noël ont été convié sur la scène pour allumer les lumières de Noël dans la ville. Or donc, le show a débordé et le minuteur a lancé les lumières bien avant que les stars appuient sur le bouton… Shame! C’est donc avec 20 minutes de retard que le feu d’artifice a été lancé. Un joli feu de 3 minutes avec chansons, comme vous pouvez le constater.

Le X Factor.

Il faut savoir une chose, c’est qu’au Royaume Uni, il y a un télé-crochet qui réuni quelques millions de personnes tous les samedis et dimanches soirs, sans compter les replay, c’est bien le X Factor, qui se fait latter la gueule par Stricly Come Dancing (Danse avec les stars) sur la BBC, mais bon. Le X Factor réuni Simon Cowell, le grand patron acerbe, Cheryl Fernandes Versini, la chanteuse issue d’un girl band et qui en plus est gentille, Mel B, l’autre chanteuse issue d’un autre girl band et qui en plus est méchante, et finalement, Louis Walsh, le producteur irlandais ringard. Le tout est diffusé, comme je le disais plus haut, deux fois dans le week-end. Le samedi, les candidats chantent et le dimanche, les résultats tombent, après que les téléspectateurs aient voté durant tout le week-end. C’est une machine à fric et personne ne s’en cache. Le show en lui-même est énorme. Imaginez une salle de concert, avec un présentateur qui donne de sa personne, dansant et se mettant en scène, et surtout des jeux de lumière du tonnerre avec feu d’artifice à la demande! C’est tout simplement bluffant. Reste que la musique, c’est de la variétoche comme on dit en France. Ca donne entre Michael Jackson, Queen, Wintney Houston, One Republic, Coldplay, Katie Perry… Tout ça sans oublier la voix, et quelle voix! THIS IS THE X-FACTOR……. LIVE FROM WEMBLEY ARENA….

Et chaque semaine, un candidat est viré. La semaine suivante, je ne sais par quel contrat, le candidat malheureux se produit au Heaven G-A-Y, LA boite de nuit gay de Soho, située sous Charing Cross. Donc, la semaine dernière, c’était, non pas un, mais deux candidats qui se produisaient devant un public en folie. Jack Walton, le fils d’un couple de lesbiennes de Manchester, et Lola Saunders, la vendeuse de poissons de Newcastle. Chacun dans son registre chantaient superbement bien. Jack Walton avec sa guitare et Lola Saunders avec ses poumons! Regardez plutôt.

The Missing.

The Missing, cette semaine pas de cinéma mais une série britannique. Une série produite et diffusée par la BBC qui se déroule en France. Un père de famille retourne en France sur les traces de son fils disparu 8 ans plus tôt. Tout a changé entre temps, le village qui jadis était charmant n’est plus qu’un fantôme grisâtre de son passé. 

Sitôt démarrée, la série s’annonce tendue. Peu à peu, dans le village français, tout le monde est suspecté. Serait-ce un réseau pédophile, un acte isolé. Aidé d’un inspecteur à la retraite, il va sur les pas de son fils. 

Les acteurs sont excellents. Tchéky Karyo est l’inspecteur français qu’il interprète avec un calme absolu, ce qui contraste avec James Nesbitt, le père. Chaque épisode est conçu de la même façon, l’histoire est développée et se complique… et se termine sur un cliffhanger de la mort, si bien qu’on a du mal à se résoudre que l’on doive attendre la semaine suivante!

Related Posts with Thumbnails

Écossais impatient, artiste du samedi, geek à plein temps, cinéphile à ses heures, photographe à la petite semaine et fièrement gay.

%d blogueurs aiment cette page :